Le lendemain, le temps est favorable à notre mission. En route donc pour la Garde Guérin récupérer les reliques. Route au nord, vers les confins de la Lozère.

IMG_9887 - CopieEn chemin, nous nous arrêtons au village de Concoules, dans un site bien cévenol mais avec les hauteurs lozériennes juste à l'arrière, pour admirer le clocher de l'église. C'est un "clocher peigne", lui aussi d'un style plus fréquent en Lozère. On dit ces clochers du XIIème, mais la modénature m'évoque nettement l'art gothique, à creuser...

IMG_9888 - Copie

IMG_9892 - Copie

Nous arrivons à la Garde Guérin, un village qui n'a jamais dépassé son enceinte médiévale (comme la Couvertoirade en Larzac mais beaucoup plus petit). Il est situé sur une vraie vigie naturelle, un éperon entre les Gorges du Chassezac et une autre vallée. C'était un poste de garde pour assurer la sécurité des voyageurs sur la route de la Régordane, principale voie d'accès au sud (par Saint Gilles du Gard), à Rome, aux croisades... avant l'intégration du couloir rhodanien au royaume de France.

 

IMG_9936

IMG_9944

Le village est "possédé en coseigneurie par une communauté de plusieurs chevaliers : los Parièrs (en occitan « les Égaux », du latin par). Chaque parièr possède une parérie, appelée aussi part ou portion, dont il assume la charge et les émoluments : péage, cartalage (droit sur la mesure du grain), arrière-guidage, pulvérage (droit sur la poussière soulevée par les troupeaux de bêtes)" (wiki)

 

IMG_9896 - Copie IMG_9906

 

IMG_9899 - Copie IMG_9955

IMG_9901 - Copie

Les chevaliers exigent que leurs maisons ne soit jamais mitoyennes d'où ces espaces entre les maisons:

IMG_9910

IMG_9911 Nous trouvons enfin l'église pour y récupèrer le bien du prieuré. C'est un tout petit édifice roman mais l'intérieur est riche d'une plastique murale subtile, très hiérarchisée et possède des chapiteaux que le granit rend un peu frustres mais très beaux et qui m'ont rappelé ce qu'on peut voir de la même époque par chez nous.

 

IMG_9912 IMG_9927IMG_9916

 

IMG_9917IMG_9918

 

IMG_9923

IMG_9926

Montée obligatoire au donjon du XIIème, présentant un rare décor de bossage sur toutes ses murailles. L'ascension est la plus difficile que j'ai pu faire dans une tour médiévale. Elle relevait parfois de l'escalade.

 

IMG_9952

IMG_9956

IMG_9943

IMG_9949

IMG_9951

Nous nous éloignons du village, cherchant notre traditionnel emplacement pour pique-nique.

 

IMG_9958

 

IMG_9960

IMG_9965

IMG_9983 Finalement nous nous laissons tenter par une descente au fond des gorges du Chassezac, 400 mètres plus bas.

 

IMG_9985

 

IMG_9987

IMG_9989

C'est un lieu de canyoning mais nous arriverons à une petite crique où l'on peut gentiment se baigner sans revêtir le harnachement que portent ceux que nous croisons et qui reviennent d'un parcours de 5 heures.

 

IMG_9991

IMG_9994

(Je précise que ce sont des gorges granitiques et que plus loin le Chassezac a des gorges calcaires. Or, comme on pratique le canyoning ici, cette partie s'appelle "le canyon" alors que le partie calcaire s'appelle "les gorges", j'aurais tendance à utiliser pour ma part "canyon" pour un formation calcaire, mais enfin...).

Bien sûr, je ramène dans mon herbier, quelques spécimens pour le frère Theodoric, herboriste de l'abbaye.

 

IMG_9966

IMG_9977 IMG_9979