EN ALAN AR MEURVOR

ENGLAND - CYMRU - EPILOGUE

 Le retour fut difficile... Nous étions logé presque au bord d'une autoroute qui nous menait directement à Plymouth et avions prévu au moins une heure de plus que le temps nécessaire. Les doigts dans le nez, me direz-vous ! Et pourtant... Le même malheur nous était arrivé il y a 6 ans mais j'avais cru alors à un manque de chance et je ne m'étais pas méfié plus que ça. Maintenant j'ai compris ! La Grande-Bretagne est étroite, peuplée, les axes Nord Sud sont peu nombreux... Ça semble assez inimaginable vu d'ici,  une route à six voies embouteillée sur des 100aines de km, y compris loin de grandes agglomération. Mais c'était bien ainsi, et cela est le reflet d'une situation habituelle. Le problème est chronique. On roulait à 20 à l'heure. Bref, à la fin, lau bout de plusieurs heures, a route se libère quand même, j'ai le regard fixé sur l'horloge et le compteur de vitesse, je calcule nos chances à la minute près pour attraper le bateau. La K. est quand même un bolide malgré son apparence. Je n'ose dire la vitesse de croisière de la fin du parcours...

Et nous l'attapâmes !

Bon, la prochaine fois, j'écouterai la tortue et je partirai à point, c'est à dire très très longtemps avant et par les petites routes. L'autoroute anglaise c'est fini.

Malgré ça nous avons passé un super séjour, sans aucune déconvenue. Je persiste à dire que l'île de Bretagne, comme disait César, est un des plus beau pays qui soit, et même Vladimir commence à le croire.

Posté par karagar à 21:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]


ENGLAND - CYMRU - CLAP DE FIN

Assez étrangement, ayant mis un peu trop de choses dans notre programme, nous avions été obligé de dégraisser le mammouth. Bath était passé à la trappe, non par manque d'intérêt, mais parce que visiter une ville, ça prend du temps, Tewkesbury aussi fut écartée. Mais, en revenant de Lake District, nous cherchions une étape à mi chemin de Plymouth et cette dernière se trouvait assez idéalement placée. Je dis étrangement car cette abbaye, qui a failli être supprimée du programme, était pourtant à l'origine lointaine de ce voyage. Il y a quelques années en effet, j'étais tombé sur une photo de cette église dont la silhouette m'avait plu pour une raison à laquelle je reviendrai bientôt et l'idée avait germé de faire coïncider plusieurs envies ou opportunités pour faire un itinéraire ouest-nord ouest en G.B. Il eût été dommage de la laisser tomber !

Entrons dans l'enclos de l'abbaye :

IMG_9019

IMG_9020

L'abbatiale a été sauvée de la destruction par les habitants qui l'utilisaient comme église paraoissiale.

C'est, une fois de plus, un édifice roman ré-habillé à l'époque gothique. IMG_9108 Elle garde une des plus importantes tour de croisée romane d'Europe.

IMG_9021

IMG_9101

Et pour une fois, les reconstructeurs gothiques ont gardé le plan roman de l'abside à déambulatoire et rajouté même, sans doute, des chapelles à touche-touche à la manière gothique. Et ça, c'est rare: un chevet à trois pan (à la bretonne), plus une tour de croisée à l'anglo-normande, c'est cette hybridation que je voulais voir. (Une grande chapelle axiale semble avoir disparu).

IMG_9119

IMG_9114

IMG_9100

IMG_9136

IMG_9092

La façade présente une immense arcade romane d'un seul tenant assez étonnante (occupée aujourd'ui par une fenêtre gothique):

IMG_8984

IMG_9028

A l'intérieur, on retrouve les grosses arcades ronde de Gloucester (assez proche), mais ici, plus que dans la cathédrale voisine, la voûte gothique, établie très bas "bouffe" les deux étages supérieurs - triforium, fenêtres - , eux-mêmes assez riquiqui, et la nef en semble écrasée et disproportionnée.

IMG_8979

IMG_3063

IMG_9164

IMG_8918 Le choeur est entièremnt gothique malgré le plan roman conservé, à deux niveaux seulement et mur épais et bien sûr, vu ce que l'on a dit, déambulatoire.

IMG_9156

IMG_3079

IMG_8916

IMG_8972

IMG_3091

Le déambulatoire est, comme souvent en G.B., riche en tombeaux aux structures superfétatoires.

IMG_8903

IMG_8881

IMG_8923

Au somment de l'un d'eux, un intriguant chevalier en prière...

IMG_8921

Cette église est constellée de figures aux retombées des voûtes et arcs...

IMG_8909

IMG_8945

IMG_8946

IMG_9144 IMG_8906IMG_8908

Et enfin, la voûte offre une collection impresionnante de clefs historiées.

IMG_3074

Vie du Christ...

IMG_8930 IMG_8931IMG_8936 IMG_8941IMG_8948 IMG_8942

Anges musiciens...

IMG_8932 IMG_8950

Et donc harpistes ! L'abbatiale présente le record de montrer trois harpistes avec trois instruments sensiblement différents. En plus, le sac de transport à moitié descendu, ça rappellera des choses à certain(e)s.

IMG_8952

IMG_9162

IMG_8934

La petite ville, où on voit quelques belles maisons anciennes...

IMG_9034

IMG_9068

IMG_9087

IMG_9091

IMG_8997 - Copie

IMG_9014

est située au confluent de la Severn et de l'Avon

IMG_9004

IMG_9032

IMG_9001

Finissons ces vacances britanniques par un dernier hommage aux arbres :

Un hêtre rouge (copper beech), sans doute le plus imposant que j'aie pu voir...

IMG_9099

IMG_9094

IMG_9134

Et enfin, l'arbre qui cache... l'abbaye. (séquoia)

IMG_8999

Posté par karagar à 13:31 - Commentaires [6] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - HELVELLYN

Les vacances touchent à leur fin et pour ce dernier jour dans les montagnes cambriennes, je désirais  gravir un sommet. J'avais depuis le début jeté mon dévolu sur Scafell Pike, 978 m, point culminant du massif et de l'Angleterre (je n'ai pas dit la Grande-Bretagne, hein !) mais en discutant avec nos hôtes et en consultant diverses sources, il nous apparut que le trajet en voiture pour rejoindre le début du chemin  était très long, que la randonnée elle-même était très longue et que Scafell Pike n'était, pour culminant qu'il fût, peut-être pas le plus beau. Après quelques tergiversation et quelques photos sur le Net, je repère la séduisante montagne qui porte le joli nom de Helvellyn et est le troisième sommet anglais avec 950 mètres. Le sentier part de Ullswater que nous retrouvons pour la troisième fois. C'est parti.

La longueur des murets que nous longeons est incroyable, avec un effet muraille de Chine, ou plus modestement (et beaucoup plus près aussi) mur d'Hadrien!

IMG_2753

IMG_2756

Le lac en contrebas.

IMG_2765

Comme toujours, après une longue montée, la montagne apparaît. Coiffée de nuées tout du moins...

IMG_2778

IMG_2787

IMG_2790

IMG_2803

Mais le temps se dégage très vite. Une chance.

IMG_2813

IMG_2814

Pour accéder au sommet, il faut parcourir une crête dans un sens et une autre au retour. Nous choisissons le sens conseillé et montons par  Swirral Edge. Par endroit, il fait s'aider des mains.

IMG_2835

IMG_2841

IMG_2847

IMG_2850

IMG_2855

IMG_2858

IMG_2860

Nous arrivons au sommet.

IMG_2870

IMG_2890

IMG_2897

IMG_2898

IMG_2913

IMG_2916

Après un pique nique au soleil avec une température clémente (mon premier jour de soleil dans le Lake District !), il faut redescendre et aborder la célèbre crête de Striding Edge qui est paraît-il l'outsider de Crib Goch, au pays de Galles.

IMG_2923

IMG_2943

Pas vraiment difficile, mais quand on est sujet au vertige, comme moi, parfois c'est à quatre pattes !

IMG_2946

IMG_2953

IMG_2961

IMG_2976

IMG_2985

IMG_2995

IMG_2997

IMG_3000

IMG_3002

IMG_3004

Après ces émotions, nous retrouvons la nonchalance des murs de pierres...

IMG_3023

IMG_3025

IMG_3026

IMG_3033

Coup d'oeil en arrière pour Helvellyn qui s'éloigne...

IMG_3040

Chercher l'intruse....

IMG_3043

Posté par karagar à 23:08 - Commentaires [9] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - MONTS CAMBRIENS 1

Et voila, nous sommes de retour dans le Lake District, ou dans le Cumbria, ou encore dans les monts Cambriens, le quatrième pays de langue brittonique avec la Bretagne, les Cornouailles et le pays de Galles avant le XIIIème où la langue s'éteignit. De retour six ans après, en ce pays qui m'avait apporté sur un plateau la clé d'entrée à l'histoire de ma pièce de théâtre qui trottait dans ma tête. Les hasards du calendrier nous font y retourner alors que la pièce va connaître ses dernières représentations.

Dès que j'y remets les pieds, j'y retrouve cette ambiance si particulière. Pourtant nous avons parcouru des contrées aux climat et reliefs assez proches mais il y a ici quelque-chose de spécial. Plus de nuages peut-être mais surtout, l'abondance des fougères aigles (et ça vous colorie les montagnes tout autrement) et des murets de pierres. Bref, ce coin confirme son pouvoir d' attraction sur moi.

Pour ce premier post, nos deux premiers jours, l'arrivée de Liverpool, et ensuite la journée passées avec nos hôtes dans une vallée forcément accessible au fauteuil roulant. Un point commun à toutes ces images, la déclinaison du vert, ar C'hrec'hiennoù glas. Un post d'images surtout, mais je trouve ce pays si photogénique...

Arrivée:

IMG_2432

IMG_2437

IMG_2439

IMG_2450

Pique-nique au bord de Brotherswater

IMG_2465

IMG_2467

IMG_2473

IMG_2476

IMG_2477

Les bords du lac d'Ullswater et une petite série d'arbres.

IMG_2491

IMG_2493

IMG_2506

IMG_2515

IMG_2546

IMG_2516

IMG_2522

IMG_2525

IMG_2527

IMG_2535

IMG_2542

Aira Force Waterfall

IMG_2549

IMG_2551

IMG_2557

Le lendemain, retour sur les bords de Ullswater (nous parlerons par hasard au créateur du parterre, il y a plusieurs décennies) et visez ce bouquet d'érables du japon rouges...

IMG_2578

IMG_2582

Vallée de Martindale

IMG_2593

Eglise St Martin et son if plus gros qu'elle

 

 

IMG_2594

IMG_2637

IMG_2602

IMG_2618

IMG_2623

IMG_2631

Plus loin dans la vallée

IMG_2643

IMG_2648

IMG_2651

IMG_2673

IMG_2711

IMG_2712

IMG_2739

Posté par karagar à 23:08 - Commentaires [8] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - LIVERPOOL 2

Promenade dans Liverpool, qui fut au XIXème la deuxième ville d'Angleterre et qui possède une grande variété de styles architecturaux.

IMG_2125Vue de la tour (plus de 100 m) de la cathédrale Anglicane. Liverpool est construite sur l'estuaire de la Mersey qu'on distingue bien de la mer d'Irlande (où sont les éoliennes) sur les photos .

IMG_2140

IMG_2111

IMG_2113

IMG_2124

IMG_2133

IMG_2200Déambulation dans les rues, depuis les cathédrales vers le front de mer...

IMG_2183

IMG_2193

IMG_2202

IMG_2303 IMG_2320

IMG_2294Université

IMG_2277

Pause déjeuner...

IMG_2307

Et nous voici au front de mer... Je lui trouve, dans son mélange de tours de verre, de bâtiments classiques ou art déco du tournant du siècle à la gloire du dieu argent, dans cette brise marine aussi, quelque-chose de newyorkais bien que n'étant jamais allé à New-York. Mais Vladimir confirme mon intuition.

IMG_2321

IMG_2340

IMG_2337Une partie ressemble à un musée à ciel ouvert des installations portuaires du XIXème dont la pièce maîtresse est l'un des plus célèbres monuments de Liverpool, l'Albert dock, docks flottants et entrepôts construits en 1846. Ils sont un jalon dans l'architecture industrielle mondiale par le style moderniste, l'absence de bois d'oeuvre dans le bâti, les premières grues et bien d'autres innovations techniques et architecturales.

IMG_2343

IMG_2345

IMG_2350

IMG_2354

IMG_2356

IMG_2376

IMG_2422

IMG_2420

Il m'amuse de constater que le grès rouge de la cathédrale s'harmonise avec le rouge dominant de la brique...

IMG_2373

Notre raison d'être ici..

IMG_2368

Enfin au bout du quai, le Pier Head est un ensemble de bâtiments qui  fait partie du patimoine mondial de L'Unesco depuis 2004. Le Royal Liver Building, construit comme siège d'une compagnie d'assurance, avec ses deux tours couronnées d'une statue d'un liver bird.

IMG_2383

IMG_2380

IMG_2401

IMG_2405 IMG_2404

A côté de lui, le Cunnard Building,

IMG_2391

siège de la compagnie maritime concurrente de le White star line, connue pour son célèbre Titanic (qui était immatriculé à Liverpool bien que n'y ayant jamais mis la coque) et dont le siège est juste derrière...

IMG_2409

D'ailleurs, il y a un monument dédié aux naufragé du célèbre transatlantique :

IMG_2399

Enfin, le néo-classique Port of Liverpool Building qui abritait la direction des docks.

IMG_2406

IMG_2410

Pour finir je me suis amusé avec les drapeaux...

IMG_2395

IMG_2360

Posté par karagar à 22:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]


ENGLAND - CYMRU - 2 CATHEDRALES POUR LE PRIX D'UNE

La visite de Liverpool avait été voulue par Vladimir, notamment pour voir une exposition préparatoire à l'écriture de son prochain spectacle et aussi, parce qu'après 30 ans passé en Grande Bretagne, il n'y avait jamais mis les pieds ! Je n'avais pour ma part aucune raison particulière de vouloir visiter cette ville que j'imaginais être une sinistre ville post-industrielle anglaise. Mais, sachant devoir y aller, j'ai commencé à y regarder d'un peu plus près et je découvris qu'elle avait un front de "mer" assez remarquable et qu'elle comportait au moins un édifice dont je connaissais fort bien l'existence - qui ne m'attirait pas plus que ça mais dont j'étais néanmoins un peu curieux - et dont j'avais oublié, surtout, qu'il s'élevait à Liverpool (je pense que je le croyais à Glasgow).

Cet édifice est la cathédrale anglicane connue à plusieurs titres. D'abord c'est une cathédrale néo-gothique du XXème et non  du XIXème comme c'est généralement le cas. Même si la structure et le plan témoignent d'une grande liberté par rapport aux modèles médiévaux, il n'y pas de réinvention du gothique à la Gaudi : le vocabulaire reste globalement fidèle à la tradition. Autre différence, la Sagrada familia est un parangon de folie architecturale alors que celle-ci est l'austérité - voire la froideur - même. Elle a été terminée en 1978. En effet, si la cathédrale est récente, le diocèse l'est aussi. Il est créé au XIXème, donnant ainsi à Liverpool son indépendance religieuse de Chester dont elle était la cathédrale jusqu'alors. On se contenta au départ d'une église modeste faisant office de cathédrale, avant d'organiser un concours pour la construction d'un bâtiment digne de la grande ville.

Et de fait, autre titre de célébrité, elle s'enorgueillit d'être, outre le plus grand édifice religieux de Grand Bretagne, l'une des plus grandes églises du monde. Son histoire architecturale est mouvementée. Scott gagna le concours alors âgé de 22 ans contre des collègues expérimentés (le style gothique était imposé d'emblée au grand dam des modernistes). Mais, il était le petit fils d'un célèbre architecte (auteur de la gare Saint Pancras à Londres entre autres). Outre son inexpérience, il lui fut reproché d'être catholique ! Curieusement, il redessine entièrement son plan qui lui avait valu de gagner le concours, en cours de route, pour quelque chose de plus brut, moins décoré, plus vaste encore aussi. Il bâtit la Lady chapel dans le premier style, qui fut jugé "trop féminin", pas assez emprunt de la virilité inhérente au catholicisme (sic). C'était la Lady chapel pourtant, non? Bon, les détracteurs ont dû être contents car le reste est "viril", si l'on entend par là, puissant, sobre, un peu froid... C'est assez marrant tout ça, au fond. Bref, le "petit jeune" s'en sort et deviendra un célèbre architecte dont les deux oeuvres les plus célèbres sont Battersea Power Station à Londres et l'autre, bien plus petite, est pourtant la plus connue.

La cathédrale anglicane est célèbre aussi car elle fut le théâtre d'une "guerre de religion" pacifique. En effet, il fut décidé de construire une cathédrale catholique.  Fait rare, dû à la forte immigration irlandaise. Cahier des charges : faire plus grand encore que le projet anglican. Ben tiens ! Le projet fut confié à un illustre architecte (de confession anglicane, vous suivez?), Edwin Lutyens. Il est le bâtisseur des immenses bâtiments administratifs de New Delhi, mais pour moi, il est le complice de Gertrude Jeckyll dans le cadre du mouvement Arts and Craft. Il dessinera une église prévue pour être la seconde en taille après Saint Pierre de Rome, rien de moins ! Et tout ça donnant sur la même rue que l'anglicane.

liverpool_postcard

Bref, au final l'argent manquera, seule la crypte sera construite, et un concours en 1960 permettra de choisir l'architecte de l'actuel édifice (voir plus bas dans le même article).

Je dirai pour finir, que depuis des années je cherchais d'après les photos à comprendre à quoi ressemblait l'intérieur sans bien arriver à m'en rendre compte, donc je suis pressé d'y entrer. J'ajoute aussi que le caractère relativement récent du chantier donne l'occasion de voir des photos de la construction d'une cathédrale !

 

cathbuildearly wp0bbd0fb1_05_06wpc9cb196e_05_06

 

Bien, des usines de Scott on dit qu'elles sont cathédraliques et sa cathédrale a un peu de l'architecture industrielle, à l'extérieur. Le beau soleil et le grès rouge atténuent la sévérité. tout est énorme et puissant.

IMG_1927

IMG_1908 IMG_1911IMG_1912

IMG_1923La lady chapel est désaxée et d'un gothique plus orthodoxe.

IMG_1920

 

IMG_1935 Entrons.  Une fois à l'intérieur, j'ai une belle surprise, une sorte de magie opère.

IMG_1946

IMG_1995

IMG_2059

IMG_1936 Je ne détaillerai pas l'architecture car ça serait très long. En effet, tout y est, double transept, tour lanterne, bas-côtés etc... mais complètement redéfini par rapport à ce que vous connaissez. Un seul exemple, la tour centrale n'est pas à la croisée d'un des transepts, mais entre les deux transepts. C'est unique et bizarre. Sinon, ça n'est pas sans rappeler l'architecture sobre du gothique méridional (Occitanie, Espagne).

Résultat de recherche d'images pour "liverpool anglican cathedral floor plan"

Une vraie impression d'immensité se dégage (voûtes à 36 m, rien de plus haut en G.B., mais au dessous de Chartres, Bourges, Reims, Nantes etc...) grâce à la largeur et la longueur, à l'étonnant espace central sous la tour, (voutes à plus de 52 m ici)

IMG_1974

à l'escalier qui coupe et dévoile à la fois.

IMG_1951IMG_1962 IMG_1965

De toutes les églises géantes que j'ai visité, je crois que c'est celle qui m'a le plus donné une notion d'espace démesuré. La lady chapel m'a fortement impressionné, d'un gothique plus traditionnel, mais montrant un métissage néanmoins : hommage à la Sainte Chapelle parisienne,  c'est évident,  mais avec un mur épais (paradoxe !) et d'autres anglicismes...

IMG_2001

IMG_2013 IMG_2025IMG_2029

IMG_2035

IMG_2041

Vers la salle capitulaire...

IMG_2054

IMG_2159 Nous montons à la tour :

Vue sur l'édifice...

IMG_2158

...et sur le plus important ensemble campanaire de Grande-Bretagne (le bourdon est au centre de la structure en béton). Voir des cloches sans beffroi en bois, me laisse un peu froid...

IMG_2071

Je reviendrai la prochaine fois sur les vues sur la ville. Sauf celle-ci qui nous montre notre prochaine direction...

IMG_2110

IMG_2196Au bout de la rue donc, se trouve la cathédrale catholique, si bien que quand on est à l'une on voit l'autre et quand on va vers l'autre on voit l'une.

IMG_2224

L'actuel cathédrale date donc des années 60, conçue par Frederick Gibberd. La source principale (je m'étonne de ne pas le voir écrit car ça saute aux yeux) est le panthéon de Rome, une tour lanterne (anglo-normande donc) à la place de l'occulus romain, des chapelles de formes différentes tout autour logées entre ce qui me semble être un clin d'oeil aux arcs-boutants avec une réelle importance structurelle.

L'architecture en béton me refroidit toujours un peu à cause du matériau, mais il y a des volumes intéressants à l'extérieur. Dedans je suis assez décu, ça n'est pas très mystique. Dans le genre béton et vitraux, Perret a fait bien mieux me semble-t-il.

IMG_2211

IMG_2216

IMG_2219

IMG_2226

IMG_2233

IMG_2241

IMG_2246 IMG_2254

IMG_2247

IMG_2267

Posté par karagar à 22:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - CHESTER... RACES

1Avant de quitter Chester pour Liverpool, je voulais quand même faire quelques pas dans les artères du centre-ville pour voir le style "black and white" connu dans cette ville, mouvement architectural du XIXème qui remet au goût du jour les maisons à pans de  bois.

5 A

2

4

5 A 1

Mais, nous nous avisons soudain qu'il y a vraiment beaucoup, beaucoup de gens dans les rues...

Et que ces gens sont tous habillés comme sortant d'un mariage... et les mariages anglais, on le sait, c'est un festival du bon goût... Sauf que, au vu du nombre de gens, si ça c'est une noce, ça ne peut pas être moins que celle de la reine, et je n'ai pas entendu dire qu'elle se remariait...

5 B

5 C

3

Renseignements pris, tous ces gens (des dizaines de milliers !) arrivaient de l'hippodrome, où avait lieu un évènement hippique célèbre. Or pour entrer,  il y a un dress code obligatoire!

Je ne résiste pas à l'envie de faire quelques clichés mais je suis très mal à l'aise : je me sens honteux de prendre tous ces gens à leur insu et j'ai à ce moment précis une pensée pour le collègue qui se prête à cet exercice sur son blog et dont je me demande comment il peut le faire aussi souvent et tranquillement.

6 714 1516 9

IMG_1895

IMG_1897

8 1018 IMG_189811 1217

13

Posté par karagar à 00:41 - Commentaires [8] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - CHESTER CATHEDRAL

IMG_1552 La cathédrale de Chester, fort peu éloignée de la frontière galloise et très proche aussi, si on regarde vers le nord, de la grande ville de Liverpool, était restée fort longtemps hors de mon radar. Elle ne fait pas partie du top ten sans doute, du peloton de tête des glorieuses si l'on préfère, et ne contient pas - a priori - un fait architectural spécifique qui aurait attiré mon attention.

C'est en 2010 - quelques années quand même - qu'elle s'est invitée sur la liste des édifices à aller voir car elle abrite un fait exceptionnel du point de vue d'une histoire parallèle de l'architecture gothique, - entendez pas du tout main stream - qui n'en intéresse que peu ! J'ai découvert un jour avec stupéfaction,  grâce à des déambulations inter-nautiques motivées par l'écriture d'une pièce de théâtre sur une autre cathédrale, que l'élévation des travées du choeur était très proche, étonnement semblable même vue la distance géographique et politique, de celle du choeur de la cathédrale de Tréguier. Je rappelle, pour qu'on mesure mieux mon excitation, qu'à part quelques éléments - me semble-t-il - du gothique scaldien, la Bretagne est le seul pays continental qui entretienne des liens avec le gothique anglais. (J'entends des liens entrants bien sûr!) La plupart du temps, ce sont des piliers, des fenestrages, des éléments de décor et de modénature qui viennent d'Angleterre, mais toute une élévation, c'est énorme.

IMG_1577La cathédrale de Chester, comme toutes celles que nous avons visitées cet été, témoigne plus ou moins de tous les styles, du roman au gothique tardif. Elle n'a qu'un transept, hypertrophié au sud, atrophié au nord. C'est dans ce transept nord que se voient le mieux les vestiges romans.

1280px-Chester_cathedral_plan3

C'est la nef, comme souvent, que nous découvrons d'abord, partie la plus tardive. Le vaisseau est plus large que de coutume, assez élevé car couvert en bois.

IMG_1792

Il est par ailleurs simplissime, puisqu'à deux niveaux seulement, et même sobre, puisque seules les travées orientales ont une balustrade festonnée à l'avant de l'étage clair.

IMG_1563 IMG_1550

IMG_1564

IMG_1721

L'impression est néanmoins généreuse et le "screen" suffisamment modeste pour ne pas casser la vue d'ensemble. Si on y ajoute la chaude couleur des pierres, c'est séduisant. Pour le choeur, il va falloir prendre notre mal en patience car un office y a lieu (les offices anglais, on se demande toujours si ça n'est pas un concert !), qui semble durer, durer, durer... et l'horaire de fermeture approche. Renseignements pris (par Vladimir) auprès du cerbère du jeune homme ensoutané, il sera possible d'y aller et il y aura du rab sur l'horaire. En tout cas l'organiste bosse dur.

IMG_1570

Mais nous avons de quoi nous amuser en attendant. Avec une image de Saint Cornus en vacances, par exemple.

IMG_1566

Ou bien avec la salle capitulaire. De style early english et rectangulaire pour une fois. Difficile à prendre en photo, mais superbe, avec ses colonnes en délit qui dédoublent toutes les fenêtres et ces détails exquis qu'on ne trouve qu'à cette période et aussi une superbe armoire.

IMG_1581

IMG_1582 IMG_1596

Elle est précédée d'un beau vestibule qui ouvre sur le cloître (18 sur le plan),

IMG_1586

IMG_1603

où est exposée une oeuvre qui évoque les dégâts de la pollution marine sur les animaux (en verrait-on autant dans une église française, fût-elle consacrée à Saint François?).

IMG_1697

et une drôle de bête...

IMG_1694

C'est tea time ! Ici, l'idée géniale est d'avoir installé la cafétéria de la cathédrale dans l'immense réfectoire médiéval (22) ! Quiconque a vu au moins un des films (pas très bons) du petit sorcier anglais, ne pourra s'empêcher de penser à la grande salle de l'école des sorciers.

IMG_1625

IMG_1665

La chaire de lecture avec son escalier est magnifique.

IMG_1639

IMG_1655 IMG_1656

Petit tour dans le beau jardin du cloître sous la pluie. La sculpture centrale, s'appelle water of life.

IMG_1677

IMG_1674

Nous pénétrons enfin dans le choeur. L'élévation est séduisante, j'aime moins le côté riquiqui de la fenêtre orientale qui casse un peu l'effet. Cette partie est bâtie entre 1283 et 1315.  Voyons voir...

Chester :

IMG_1742

Tréguier:

Capture

Chester                                                                Tréguier

IMG_1787            index

Je suis d'autant plus troublé que le nom de l'architecte est connu à Chester (pourtant l'aînée de Tréguier), il s'apelle Richard Lenginour ! De là à lire L'ijinour.... (l'inventeur en breton)...

IMG_1785 IMG_1727IMG_1735

Le choeur abrite des stalles du XIVème parmi les plus belles du pays.

IMG_1733

IMG_1751

IMG_1759 IMG_1756IMG_1728 IMG_1730

Décidément, ce Saint cornus nous poursuit...

IMG_1779

La pluie a cessé pour notre sortie, et nous avons même droit à un  rayon de soleil, qui magnifie l'écrin vert de l'édifice.

IMG_1807

IMG_1810

IMG_1821

IMG_1828

IMG_1836

Verdeur de l'herbe, verdeur des fenêtres...

IMG_1842

IMG_1841

Posté par karagar à 17:06 - Commentaires [18] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - DERNIER CHÂTEAU

Nous n'aurions certainement pas collectionné ainsi les châteaux anglo-gallois, n'eût été ce billet qui nous donnait droit à toutes les entrées. C'est ainsi que, comme la route du départ nous faisait passer près du château de Conwy, dernier de ces géants bâtis par Edward 1 pour mâter les autochtones, nous firent une halte en cette petite bourgade, sise, comme Caernarvon, à l'embouchure d'une rivière, dans une baie.

Comme Caernarvon également, c'est non seulement un château qui fut construit, mais aussi une enceinteIMG_1364

pour y loger une ville (ici à l'emplacement d"une abbaye cistercienne voulue par les princes gallois et  déplacée).

IMG_1371

IMG_1365 Les éléments d'architecture, sont assez proches de ce qu'on a pu voir, notamment à Harlech. Les vestiges des logis le long des murailles sont ici bien visibles.

IMG_1366

IMG_1405

IMG_1416

IMG_1439

IMG_1377

IMG_1401 Un des faits les plus étranges et dérangeant de ce château est, qu'étant à un point névralgique de communication, il est ceinturé d'une route et d'une voie ferrée dont chacune traverse la rivière au moyen d'un pont (qu'on a voulu d'architecture pseudo-médiévale pour s'harmoniser avec le monument ancien). A cela s'ajoute un troisième pont (néo-gothique suspendu !!) pour les piétons. Cela donne ceci :

IMG_1396

Vue aérienne (Internet, pour mieux comprendre).

aerial-view-of-conwy-castle-wales-united-kingdom-F031T5

Comme pour ses semblables, des tourelles vertigineuses couronnent certaines tours.

IMG_1438

J'investis l'une d'elles.

IMG_1454

 Nous n'avons guère de temps, car il y a une cathédrale au programme l'après midi, après quoi il nous faut rejoindre Liverpool où nous passerons notre première nuit. Nous voulons néanmoins faire un tout petit tour dans les rues pour apercevoir quelques maisons anciennes.

 

IMG_1531

 

IMG_1532

IMG_1534

Et là, nous tombons sur Plas Mawr (the Great Hall), maison bourgeoise bâtie à la fin du XVIème siècle et qui semble être la demeure  urbaine élisabéthaine la mieux conservée de Grande Bretagne. Impossible de ne pas entrer voir, d'autant que notre fabuleux billet nous y donne droit aussi...

IMG_1459

IMG_1485

Elle a conservé notamment ses décors en plâtre, dont des cariatides, ses charpentes superbes... et a été réaménagée dans son équipement d'époque. Un peu l'impression de déambuler (au pas de charge hélas), dans un tableau flamand.

IMG_1465

IMG_1469

IMG_1470

IMG_1471

La brasserie:

IMG_1476

IMG_1493

IMG_1498

IMG_1506

IMG_1509

IMG_1513

IMG_1516

D'une des fenêtres, belle vue sur le château.

 IMG_1526

Nous attend une cathédrale que je souhaite voir depuis bien longtemps pour une raison bien précise.

Posté par karagar à 14:42 - Commentaires [4] - Permalien [#]

POINT FINAL

C'est drôle, car ce qui n'aurait dû être qu'une fin de relecture et autres détails, s'avère être un point final un peu inespéré.

En effet, l'histoire est étrange. Aux trois nouvelles écrites ou réécrites de longue date, je voulais en rajouter une quatrième dont j'avais la thématique en tête depuis longtemps mais pas forcément la musique.

Au retour de Grande Bretagne, je sais avoir trois semaines tranquilles. Pour une nouvelle, pas trop longue de surcroît, cela devrait suffire. Mais, Karagar est Karagar, et trop vieux pour se refaire... Il a le temps et il est tranquille, sa créativité est donc à zéro.

Dès la rentrée, il relit ses trois (longues) nouvelles et griffonne la première page du "Paradis perdu/Ar baradoz kollet" et s'arrête pour une raison bizarre, c'est qu'une autre histoire, s'invite, une à laquelle il n'avait jamais pensé et qui se met dans sa tête d'un coup d'un seul, toute en place, prête à être écrite et pressée d'être écrite en plus, la coquine. Il faut dire que celle là, c'est assez rare chez moi, m'est imposée par l'actualité.

C'est alors que m'embarquant dans cette histoire, je m'avise soudain du calendrier. Le temps passe toujours plus vite que prévu. J'avais en tête de faire sortir le livre pour le sa*lon du liv*re et j'ai l'idée de contacter mon éditrice. Il est juste temps : d'envoyer les trois premières nouvelles, le projet de couverture et la nouvelle à finir... mais laquelle? Je fais un deal. Je finis "Tan de'ï" au plus vite, et la cinquième sera en option, à condition de l 'envoyer avant le 25.

Comme prévu "Tan de'ï" court sans accroc vers son point final. La couverture se concrétise. Mais mon paradis perdu? Je sens que l'éditrice, enfin sa petite main, veut savoir d'emblée, si cinquième nouvelle il y aura ou non, ça arrange le travail de maquette de le savoir. Alors que dans mon esprit, c'était: au 25, on verra si j'ai pu l"écrire ou non. A ce dernier mail, hier matin, je ne réponds pas. Car si je dis, oui il y aura.. et que ça ne vient pas... quelle pression! Je me dis, après demain je réponds "oui" si elle est écrite. Bref, je mets plus de pression encore! Là je me dis, bon, tant pis ça sera pour un autre livre. Mais ça m'énerve, vu que j'ai deux projets de romans... Donc ça sent les calendes grecques. D'autant que depuis ma visite (dont je n'ai pas eu le temps de parler ici encore) à la tapisserie d'Angers - qui m'a retourné - j'ai acheté des bouquins pour documenter mon travail, bref, ça serait bien dommage. Et là, bien sûr, la pression marche! Et envoyer un texte illico après le point final et  deux relectures, je n'avais jamais fait!

 

4

 

Posté par karagar à 00:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]

PETITE PAUSE

Qu'on ne s'inquiète pas, Karagar a encore pas mal de choses à vous montrer de son séjour grand breton, mais ces jours-ci, et jusqu'au 25 au plus tard, priorité à quelques peaufinages éditoriaux, donc peu de temps pour choix et améliorations des nombreuses photos, et réflexions architecturales. 

Au fait... changé de taille de harpe...

IMG_9300

Posté par karagar à 21:10 - Commentaires [11] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - UNE LONGUE JOURNEE DANS LA PENINSULE

Pour notre dernière journée galloise, nous explorerons quelques endroits à proximité. Le premier d'entre eux est le puits sacré de Saint Cybi. La panneau "ancient monument" qui le signalait était notre repère pour quitter la grande route pour aller à notre gîte sans beaucoup d'autre indication. J'ai voulu en savoir plus.

IMG_1152Il existe beaucoup de puits sacrés au pays de Galles dont les eaux sont réputées avoir des pouvoirs, c'est peut-être une autre version de nos fontaines sacrées bretonnes. Celui-ci est l'un des plus élaborés, car entouré d'un mur et de bancs pour les ablutions. Le saint est du VIème siècle et a vécu dans le coin après être venu de Cornouailles. La maison qui jouxte le puits est du XVIIIème ou XIX ème et servait à loger les "curistes".

IMG_1081

IMG_1085

IMG_1091

En tout cas l'endroit est enchanteur, comme souvent là où il y a de l'eau sacralisée. On y voit un couple érable sycomore/frêne bien soudé.

IMG_1079

Du vallon, on peut monter la colline parmi les hêtres et les moutons.

IMG_1093

IMG_1159

IMG_1102

IMG_1092

pour arriver parmi les pierres d'une construction préhistorique, dans un paysage minéral et herbu..

IMG_1113

IMG_1120

IMG_1129

IMG_1132

Je constate qu'à vol d'oiseau nous ne sommes pas loin de notre gîte, quelque part dans les arbres au pied de la montagne...

IMG_1134

Dans le village voisin de Llangybi nous voyons une autre almshouse.

IMG_1170

Nous retournons ensuite à Trefor, sur la côte nord, où nous avions fait un saut le premier jour mais sans voir les "stacks", (mot anglais qui désigne de hauts rochers dans la mer), avec derrière, la montagne qui tombe dans la mer. Un petit air de Canaries... En route le long des falaises, dans l'herbe verte (et je pense aux dessins de falaises d'Hergé)...

IMG_1177

IMG_1200

IMG_1202

... jusqu'aux stacks.

 

IMG_1183

IMG_1193

IMG_1238

IMG_1245

IMG_1231

IMG_1266

... nous continuons au delà jusuq'à la plage au pied de la montagne...

 

IMG_1203

 

IMG_1205

 

IMG_1207

IMG_1214

... retour à Trefor...

IMG_1271

IMG_1285

... nous sommes au pied d'une célèbre carrière de granit abandonnée, une montagne remodelée (+ vue ancienne et film trouvé sur le net)...

IMG_1282

Quarry_at_Trefor_(13213902113)

J'ai envie d'aller jeter un oeil à Cilan Head, bien que sur la côte sud. Les falaises y sont très différentes et je n'ai pas le temps d'explorer autant que je voudrais. Décidément, cette presqu'île a un littoral fascinant.

 

IMG_1288

 

IMG_1293

 

IMG_1301

 

IMG_1307

 

IMG_1314

IMG_1323

Après dîner, dernière promenade  à pied, derrière le gîte. En sortant je repère la colline au dessus de Llangybi où nous étions monté le matin même.

IMG_1330

Nous marchons un peu vers le soleil et les montagnes..

 

IMG_1334

 

IMG_1342

 

IMG_1346

 

IMG_1348

IMG_1361

Posté par karagar à 00:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]

POUR LES YEUX ET POUR LE VENTRE

Les gloires du jardinier d'abord !

Première floraison très parfumée d'Hedychium gardnerianum, plante asiatique de la famille du gingembre, collectée par moi-même à la Réunion où elle est invasive. Survécu aux chaussettes (cache dans la valise) et à hiver un peu froid il y a deux ans, et voici !

IMG_9202

Ma costa-ricaine toujours vaillante !

IMG_9208

Autre sujet de satisfaction: le plumbago, toujours un peu rétif à fleurir. J'ai compris 1/ qu'il était très tardif  (fin août dans le beaucoup plus chaud Quercy) et 2/ Qu'il aimait vraiment la chaleur (Rome en était rempli). J'en ai donc déplacé un: plein soleil et chauffé par le granit : le résultat ne s'est pas fait attendre...

IMG_9172

D'autres exotiques déjà éprouvées

Amaryllis:

IMG_9192

Crinum (proche de l'amaryllis) mais avec des grosses feuilles

IMG_9181

La plus foncée des agapanthes:

IMG_9194

Autre acquisition intéressante : la seule espèce de bégonia (evansiana) rustique (qui devrait prospérer là, sauf à souffrir de soif)

IMG_9191

Dans la section des fausses frileuses, le cuphea ignea : origine Mexique, vendu dans les plantes non rustiques, ( ai vérifié à l'instant: rusticité indiquée comme 5° AU DESSUS de zéro), acheté pour décorer un été, il est là depuis 5/6 ans et a résisté à un court -7° !!!.

IMG_9209

IMG_9210

Tiens un petit tour au Mexique justement...

IMG_9200

IMG_9201

Section alzheimer.. j'ai oublié son nom! IMG_9187

Section : la plante du jour  : aster divaricatus, port et fleur assez originaux...

IMG_9177

Section : rien ne vas plus : magnolia "Star Wars" en pleine floraison (normal: février/mars)

IMG_9179

IMG_9183

Section ventre : les rosacées sont généreuses cette année. Victoria nous a donné des prunes (trois semaines de tartes clafoutis et fruits frais) et l'arbre est encore petit !

Pommier et poiriers croulent

IMG_9211

IMG_9212

IMG_9213

IMG_9215

Raisin noir et blanc aussi (deuxième année du noir (muscat), premeière du blanc.

IMG_9167

IMG_9168

Posté par karagar à 23:21 - Commentaires [12] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - UN NOM MYSTERIEUX

Ma trouvaille du jour, c'était la montagne par le bas. J'avais quand-même bien envie d'aller voir le mont Snowdon (Yr Wyddfa), point culminant du pays de Galles (1085 m), un des rares sommets non écossais à dépasser les 1000 m (d'ailleurs les autres sont tous dans ce massif). Le sommet est sans doute intéressant à gravir, mais il est aussi desservi par un train et est très "aménagé", ce qui faisait craindre le pire. En étudiant la question, je repère deux lacs à son pied des bords desquels on devrait bien voir la montagne et dont le plus grand des deux porte le nom étonnant de Llyn Llydaw, c'est à dire le lac de (petite) Bretagne. L'origine du vocable est mal connue. C'est un lac glaciaire de 58 mètres de profondeur quand même ! L'autre, plus haut, s'appelle Glaslyn (lac bleu). Pas question de ne pas aller voir Llyn Llydaw !

Le nom du célèbre sommet m'est l'occasion d'une petite réflexion. Ça n'est pas la première fois que je constate qu'un lieu gallois a un nom anglais et un nom en gallois qui n'ont rien à voir. Yr Wyddva veut dire le tumulus et Snowdon, montagne enneigée. En Basse-Bretagne la version française des noms de lieu est soit une forme médiévale du nom breton, soit une déformation phonologique du terme breton, rarement un traduction mais pas un autre nom français n'ayant rien à voir. Je me suis demandé si la colonisation anglaise (XIIIème) beaucoup plus précoce n'en serait pas la raison... A l'époque de l'annexion de la Bretagne, deux siècles plus tard, les noms était peut-être devenus indélogeables... Hypothèse...

En tout cas, nous voila partis. Les montagnes approchent...

IMG_0973

Et déjà on distingue la pyramide du Snowdon et, à droite, rougeâtre, la crête de Crib Goch (crête rouge).

IMG_0977

Le parking est plein et le parking sauvage est impossible, mais grâce à une manoeuvre de Vladimir nous nous garons. Le sentier, c'est une autoroute !

IMG_0990

IMG_0991

IMG_0984

IMG_0992

Yr Wyddfa

IMG_0981

Crib Goch

IMG_0980

Nous passons au pied de Crib Goch.

IMG_1010

IMG_0994

Avez-vous distingué au sommet des marcheurs? Cette  crête est très connue pour son étroitesse. Elle est impressionnante,  voire dangereuse quand les conditions sont mauvaises. 17 (cliché Internet) Il y a eu beaucoup de morts et il y pleut 4,4 mètres par an ! Ça me fait peur et m'attire à la fois. J'apprendrai plus tard qu'il y a un "challenger", Striding Edge, dans les monts cambriens.

Nous arrivons au bord du fameux Llyn Lydaw.

IMG_0995

IMG_0999

Toujours dominé par Crib Goch...

IMG_1002

On y voit les restes des mines d'extraction du cuivre.

IMG_1015

IMG_1016

De là nous montons vers Glaslyn.

IMG_1021

IMG_1026

IMG_1029

Ça sera notre terminus.  Retour par le même chemin...

 

IMG_1032

IMG_1038

 

IMG_1044

IMG_1048

IMG_1049

Avant de quitter le massif, j'ai envie d'aller voir un autre sommet, au bord d'un autre lac, le Tryfan (les trois pierres), connu pour être l'un des plus difficiles de Grande Bretagne et dont les photos m'avaient charmé.

Il se dresse au bord du Llyn Ogwen

IMG_1056

Tryfan

IMG_1068

IMG_1065

IMG_1072

Demain, retour en presqu'île, entre terre et mer

Posté par karagar à 00:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - DEUX CHÂTEAUX ET DES HYDRANGEAS

IMG_0806 Journée châteaux et repos des jambes après Cadair Idris. D'autant que nous avons plein d'entrées gratuites à dépenser...

Le premier d'entre eux se trouve à Criccieth, sur la côte sud de la péninsule. Cet endroit est un peu ce qui avait attiré Vladimir à nous loger dans le coin, ce dernier ayant été assez enclin cet été au pèlerinage sur les lieux de l'enfance. Or, il était allé en vacances d'été à Criccieth étant enfant. J'aime ces récits des vacances balnéaires britanniques, soumises aux aléas de la météo - plus qu'ici même ! - où l'on s'obstine à aller à la plage contre vent et nuages, armé de l'indispensable winbreak! Le père aurait voulu passer plus de temps à visiter les monuments, mais les enfants rechignaient. Moi, j'aurais voulu visiter plus de monuments, mais les parents rechignaient. Ce qui fait dire à Vladimir: "Il aurait adoré t'avoir comme fils !" En tout cas, les cathédrales et les châteaux, il se les tape maintenant. Vengeance paternelle d'outre tombe?

IMG_0755

IMG_0763

Dans le nom Criccieth, la seconde partie est à rapprocher de notre kaezh breton, avec ici son sens originel de "captif". Du château, il ne reste pas grand chose (heureusement que l'entrée était gratuite !) mais il a quand même la particularité (parmi les autres que nous visitâmes) d'avoir été bâti par un seigneur gallois (Llywelyn Fawr) et non par les anglais, et il est plaisamment situé.

IMG_0778

 

IMG_0758

IMG_0766

Pique-nique sur la plage bien grise, sans windbreak. Je remarque ces hydrangéas type "lacecap" où curieusement le bleu et le rose semblent alterner d'une fleur à l'autre. Les mystères de la chimie du sol et de l'itinéraire de racines...

IMG_0775

Enfin, je souris intérieurement devant cette pancarte. On y voit bien que gallois et bretons sont cousins, mais on pourrait croire qu'anglais et français le sont aussi, ce qui n'est pas le cas...

IMG_0772

L'après-midi sera consacré à un château autrement imposant et célèbre : Harlech.

C'est avec Caernarvon et Beaumaris un des châteaux edwardiens, construits par le même architecte savoyard. Il a été l'objet de plusieurs sièges (quand il a été repris par les gallois et lors de la Guerre des deux roses) et sa particularité est d'être perché sur un rocher de 60 mètres de haut. On comprend mieux l'intérêt du site quand on sait que la mer, aujourd'hui distante d'un km, baignait au Moyen-âge le rocher. Un escalier, du château, mène à une poterne d'où les navires pouvaient ravitailler directement le château.

C'est une fois de plus un monument impressionnant. La hauteur des murs combinée à la position dominante du château donne des vues aériennes sur mer et montagnes.

Le temps est gris à notre arrivée et le ciel se déchire, nous prodiguant un de ces ciels que j'affectionne particulièrement.

 

 

IMG_0791

IMG_0810 IMG_0812

IMG_0839

IMG_0842

IMG_0844 IMG_0845IMG_0871 IMG_0883

IMG_0858

IMG_0868

IMG_0876

IMG_0874

IMG_0877

IMG_0891

IMG_0907

IMG_0899

Le changement de temps nous incite à pousser jusqu'à la plage (immense), où nous nous baignons. Je m'attends au pire, mais l'eau est très bonne.

IMG_0910

IMG_0913

Notre voisin nous avait parlé d'une jolie vallée dans le coin, que nous n'avons hélas le temps que de parcourir en voiture, au long d'une route étroite et sans fin ( heureusement quasi déserte), jusqu'à un lac.

IMG_0916

IMG_0922

IMG_0931

IMG_0937

IMG_0943

Sur la route du retour, nous passons près de l'entrée de Portmeirion, village construit par un architecte un peu fou au XXème dans le style italien. Il est entre autre célèbre pour être le cadre de la série Le prisonnier. C'est un site privé, hyper touristique et l'heure d'ouverture est dépassée de toute façon. Nous nous engageons dans la route dans l'unique espoir de voler une vue. Nous ne verrons rien du village, mais les hortensias qui bordent l'allée, dans la lumière du soir (surtout quand je pense aux miens prématurément grillés par le soleil de début juillet), sont somptueux.

IMG_0952

IMG_0956

IMG_0958

Posté par karagar à 12:38 - Commentaires [13] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - CADAIR IDRIS

IMG_0706 J'avais évoqué une vieille promesse que je m'étais faite lors de mon premier séjour (professionnel) au pays de Galles. Nous étions en chemin pour Caernarfon, point pour visiter le château mais un studio qui produisait des films en gallois pour Channel 4. D'Aberystwith, la route traverse une partie du parc de Snowdonia et j'avais été bouleversé par ces paysages de montagnes vertes ou landeuses, archétypiques de ce que j'imaginais être l'Irlande ou les Highlands d'Ecosse. Du pays de Galles je n'avais pas d'images préconçues. C'est souvent le cas de ce pays très beau qui n'a pas d'image de marque. Et peut-être est-ce bien ainsi... En tout cas, à moi qui n'avais jamais voyagé, cela fit un effet durable. A un moment, le relief devenait vraiment marquant et notre collègue connaisseur du pays, conscient de ma curiosité, m'indiqua que nos approchions de Cadair Idris, la chaise d'Idris (un géant légendaire ou un ancien roi...). Outre la beauté des lieux, le fait que cette montagne portât le nom breton de la chaise, comme Tuchenn Gador, mon sommet préféré de Bretagne me fascina.  Mon informateur alla jusqu'à me montrer, au bord de la route l'endroit d'où partait le sentier de l'ascension. Je me souviens m'être dit alors (loin d'imaginer dans quelles conditions cela se ferait un jour) que je gravirais Cadair Idris. Il y a, me direz-vous, des rêves bien plus fantasques, mais celui-ci ressemble bien à ma vie. J'attends patiemment que la route repasse à certains endroits, sans rien provoquer, et cela arrive toujours.

Nous avions ce jour là, une fenêtre météo remarquable. Ces sommets, souvent ennuagés sont alors invisibles et peu propices à la randonnée. Nous étions sous l'influence de la canicule qui régnait sur le continent et les températures avoisinaient les 27°, ce qui dans ces montagnes nordiques est assez exceptionnel. Bref, ce fut pour moi un badigeon de crème solaire, car je suis victime depuis 15 jours et pour la première fois de ma vie, d'une allergie au soleil. (Encore d'actualité aujourd'hui où mes avant-bras ressemblent à la surface lunaire).

Cadair Idris est le plus méridional des sommets du parc de Snowdonia et s'élève à 893 mètres.  L'effet produit par ces montagnes est sans rapport avec le chiffre sur le papier. Proches de la mer, ces altitudes sont souvent perçues à partir de zones assez basses, de plus les pentes sont très raides, les anciens glaciers ont modelé les paysages à l'image de ce qu'on peut voir dans de plus hauts massifs. Ce sont des montagnes accessibles, avec ce charme spécifique au monde océanique.

Nous partons d'une altitude de 140 m, autant dire que le dénivelé qui nous attends est de 650 mètres, qui s'avèreront être assez pentus.

Départ sous le couvert des arbres, le long d'une assez belle cascade pas vraiment signalée.

IMG_0600

Très vite la vue se dégage vers la montagne.

 

IMG_0607

 

IMG_0610

 

IMG_0614

 

IMG_0616

IMG_0619

Notre principale étape (et pique-nique) est Llyn Cau, le lac glaciaire dominé par Cadair Idris. Cela ressemble à un cratère ennoyé de volcan (et certains autrefois le crurent) mais il n'en est rien. Vladimir se risqua à s'ennoyer lui-même dans le lac, je me contentai des pieds.

 

IMG_0620

IMG_0636

De là nous partîmes à l'assaut du sommet.

 

IMG_0645

 

IMG_0649

 

IMG_0654

 

IMG_0664

IMG_0665

C'est juste là, au bout du chemin...

IMG_0674

Vue sur le lac presque 400 mètres plus bas, à l'à-pic.

IMG_0675

IMG_0678

La mer n'est pas loin...

IMG_0688

Sommet de Cyfrwy (811 m) et son petit lac au pied.

IMG_0695

De là nous partons pour une boucle en passant par Mynydd Moel (en breton menez moal, la montagne chauve) 863 m, la bien nommée (deuxième sommet cailouteux sur la deuxième photo).

 

IMG_0708

IMG_0712

Vue de Cadair Idris du chemin vers Mynydd Moel.

 

 

 

IMG_0718

IMG_0726

Mais, bien que Vladimir ait vu des gens sur un chemin qui descendait, je m'obstine à suivre l'itinéraire indiqué sur le Net. Je vérifie tout, en fonction des courbes de niveau. Mon raisonnement est juste mais le site avait tort. Le soit disant chemin était une limite de terrain... Bref, nous allons beaucoup trop loin...

 

IMG_0731

IMG_0735

Il nous faut rebrousser chemin, remonter en haut de Mynydd Moel que nous avions largement dépassé. Ce détour imprévu nous ménage de belles vues sur le cirque glaciaire et un autre lac (Mwyngil), bien plus bas...

 

IMG_0739

 

IMG_0749

 

... mais le vent se lève un peu et des nuages semblent se former...

IMG_0737

Fausse alerte, le soleil est vite de retour. Mais quand nous arrivons enfin en bas, il n'y a plus d'autres voitures sur le parking...

Posté par karagar à 11:55 - Commentaires [7] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - YNYS MÔN

IMG_0418 Anglesey ou Ynys Môn selon qu'on parle anglais ou gallois est une île assez vaste séparée du reste du pays par un détroit, le Menai, qui ressemble à un fleuve, à tel point que les gallois l'appellent Afon Menai (la rivière Menai) alors que c'est un bras de mer.

Mais notre première escale est de ce côté-ci du détroit, pour visiter le château de Caernarfon, une forteresse assez célèbre par sa taille et sa silhouette impressionnantes, si bien que je pense que tout le monde en a déjà vu des images.

Impressionner est le mot puisqu'il semble bien que là fut le rôle premier de ce château bâti par Edward I d'Angleterre après sa victoire sur le pays de Galles et qui fut une des plus importantes puissances de feu du Moyen-âge, dit-on. Le roi anglais dépensa une fortune pour bâtir plusieurs autres châteaux dans la zone, tous de grande ampleur. L'architecte était un savoyard, Jacques de Saint Georges. Cela n'empêcha pas les rébellions galloises; le château fut même repris momentanément plusieurs fois. Outre le château, la ville fut ceinte d'une muraille toujours en place.

Le château est lui même une immense enceinte car les logis intérieurs ont, soit disparus, soit ils n'ont pas été achevés. Il se distingue des autres forteresses de la "série" par ses tours polygonales et une certaine polychromie de la maçonnerie. Une théorie veut qu'on cherchât à imiter les murailles de Constantinople. Rien de moins. Il partage avec d'autres, par contre, ses tourelles vigies qui se dressent vertigineusement sur les tours (parfois au nombre de deux par tour !) qui sont à la fois très enthousiasmantes pour le visiteur (sensation au sommet d'être vraiment dans le vide et vues incroyables sur les châteaux) et très étonnantes au sens où elles semblent plus fragiliser le château que présenter un quelconque intérêt stratégique... Impressionner, une fois de plus? En tout cas, je n'avais jamais vu ça.

IMG_0349 J'ai aimé ces remparts sur mer.

IMG_0341

Qui s'accrochent au château lui-même:

IMG_0344

IMG_0345

IMG_0368 Autre originalité, ces couloirs à l'intérieur des murs - au moins d'un côté - qui permettent, sur deux niveaux, d'aller d'une tour à l'autre à couvert. L'ascension de celles-ci et le tour du château sont assez éprouvants et valent bien une montagne!

IMG_0372

IMG_0410

IMG_0402

IMG_0375 IMG_0413

IMG_0432

IMG_0400

IMG_0411

IMG_0434La plus grande et la plus belle des tours (la tour de l'aigle), accueillait le roi lors de ses visites. Elle a trois tourelles !

IMG_0370 IMG_0381

IMG_0417 IMG_0386

J'ai été très impressionné (c'était le but, non?) par cette bâtisse qui tient un peu du conte de fée, malgré une foule un peu encombrante et bruyante. A l'entrée nous nous laissons convaincre d'acheter un billet forfaitaire pour aller voir (dans certaines conditions) tous ses copains.

Il y a aussi beaucoup d'aspects symboliques dans la construction de ce château, et des autres, liés souvent à des traditions galloises antérieures que les monarques anglais ont confisquées à leur profit. L'investiture du prince de Galles (1969) est un lointain avatar de ces pratiques. Elle eut lieu dans ce château même et il fut fortement conseillé au futur prince de faire son discours en gallois. La "chaise" resta longtemps en place dans la cour et Vladimir enfant y posa même son postérieur. Il me montra l'endroit exact. Mais je ne suis pas en reste ! Il y a plus de 25 ans, alors que j'étais en hésitation devant un distributeur de café de l'université d'Aberystwyth, un vieux monsieur, présumant que je ne pouvais rien chercher d'autre, s'approcha de moi, me montra un bouton et me dit "gyda llaeth". Je fus très fier de comprendre d'emblée qu'il me montrait comment mettre du lait dans mon café. Et lorsqu'il se fut éloigné, quelqu'un s'approcha de moi et me dit : "Sais tu qui c'est? C'était le prof de gallois du prince..."

Nous traversons le détroit et mettons le cap sur Caergybi/Holyhead, une île reliée à l'île au moyen de ponts.... Autant je trouvais que le ciel plombé seyait au château, autant j'espérais un temps plus lumineux pour la suite. Je fus exaucé. Le temps changea trop vite pour que je comprenne comment...

Nous longeons la côte vers notre destination, en quête de notre halte déjeuner (pique-nique quotidien), quand j'ai soudain l'impression d'être revenu en Bretagne...

IMG_0440

IMG_0444

IMG_0438

Ce sera donc là. Nous continuons ensuite vers Southstack, point culminant d'Anglesey et site d'un phare étrangement situé, le long d'un littoral superbe.

IMG_0449

IMG_0452

IMG_0456

IMG_0461

Les hauteurs de la pointe agrippent les dernières nuées...

IMG_0459

IMG_0509 Le phare est sur un rocher en mer (stack) relié par un pont. Hélas, il est déjà fermé quand nous arrivons mais la descente jusqu'au pont par un escalier en zigzag, sur le flanc d'une impressionnante falaise, secoués par un vent qui manque plusieurs fois d'arracher mon appareil photo nous comble néanmoins.

IMG_0470

IMG_0496

IMG_0517

IMG_0493

IMG_0478

IMG_0507

Curieusement, le phare est allumé, et avec un peu de persévérance, je capture ceci :

IMG_0481

Mais je continue à m'amuser avec le phare (ça n'est pas si souvent que je vois un phare "d'en haut" !)

IMG_0466 IMG_0540

IMG_0510 IMG_0512IMG_0538

Avec ce vent la mer ne dit rien qui vaille...

IMG_0516

La vue est superbe sur North Stack et son ancienne corne de brume. Mais la côte est si haute que les nuages lui grattent l'échine.

IMG_0526

IMG_0531

IMG_0532

Le temps passe vite et nous avons juste le temps, sur le chemin du retour de faire une escale à Beaumaris. C'est un autre de ces châteaux edwardiens, resté inachevé quant à lui. Trop tard pour le visiter, le plus beau est sans doute le plan à double enceinte, qui ne se voit que du ciel...

Image illustrative de l’article Château de Beaumaris

Nous nous contentons de le longer un peu et d'admirer le Menai.

IMG_0543

IMG_0561

IMG_0565

IMG_0548

 

IMG_0549

IMG_0554

IMG_0557

Enfin, je cherche un point de vue éloigné, d'où on peut le voir avec le massif du Snowdon à l'arrière. L'occasion de côtoyer un vieux chêne. Ça faisait longtemps...

IMG_0589

IMG_0581

Posté par karagar à 00:21 - Commentaires [12] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - AU BOUT DE LLYN

Nous voici dans les Galles du nord, dans la presqu'île de Llyn, plus exactement.

Lleyn_peninsula

Notre "cottage" est au centre, entre côte nord et "côte" sud, au pied de reliefs, derniers soubresauts du massif de Snowdon (Yr Wyddfa).

Je suis un idiot total car quand j'ai vu IMG_0971 , à cause du mot cottage sans doute, je ne me suis pas branché langue galloise et ce Hendy m'est apparu comme un prénom. Deux jours plus tard, je suis resté planté devant ce nom, navré de mon aveuglement passé : hen dy, veut juste dire vieille maison et est parfaitement intelligible pour un bretonnant! C'est le nom du hameau où nous nous trouvons et où nous nous installons.

IMG_0960

IMG_0966

IMG_0970

IMG_0319

IMG_0322 IMG_0330

IMG_0222 Pour notre première journée, je souhaite aller au bout, à l'extrèmité ouest, pointe massive qui fait face à Ynys Enlli (Bardsey island) et pour laquelle curieusement, je ne trouve aucun nom. Un tel cap sans nom me semble chose impensable !

IMG_0170

IMG_0273

Nous longerons la côte sur quelques miles, dans un paysage de collines et falaises mêlées, tondues par les moutons, et qui est tout ce que j'aime. Que dire de plus sinon que je suis surpris des campanules (et j'en verrai un peu partout en fait) que je ne connaissais qu'en montagnes. C'est parti.

IMG_0175

IMG_0189

IMG_0188

IMG_0192

IMG_0205

IMG_0207 IMG_0209

IMG_0212

IMG_0218

Un peu inquiétant...

IMG_0230

Plus rassurant...

IMG_0258

IMG_0239

IMG_0265

IMG_0287

Au retour, je vois les collines aux pied desquelles nous habitons, au loin, qui jouent avec les nuages

IMG_0282

IMG_0288

Pour rejoindre notre home, nous passons par la côte nord

IMG_0301

IMG_0304

IMG_0295

et faisons une escale à Trefor (le "f " se prononce v en gallois), petit port au pied d'une montagne où nous reviendrons après avoir compris comment trouver un endroit que je veux voir absolument.

IMG_0305

IMG_0306

Mais, pour le lendemain, nous avons une autre île en vue.

Posté par karagar à 18:42 - Commentaires [8] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - LA CATHEDRALE ET LE FLEUVE

IMG_0160 (1) Nous quittons la vallée de la Wye pour nous rendre dans le nord du pays de Galles, où nous passerons une semaine. Ce sera notre vrai séjour gallois après quelques incursions préalables. En chemin, nous faisons finalement escale à Worcester (attention à la prononciation), la préférant à la cathédrale du comté où nous étions (Hereford).

Worcester est une cathédrale que je n'avais jamais retenue et l'occasion fit donc le larron. Il reste ici aussi des vestiges de la cathédrale romane mais plus ténus qu'à Gloucester. Sa silhouette est celle de beaucoup de cathédrales de l'ouest: un seule grande tour de croisée. Mais cette fois, contrairement à Gloucester c'est du "full english" comme on le dirait du petit déjeuner, j'entends "la totale", avec grande longueur et deux transepts.

 

A_plan_of_Worcester_Cathedral_made_in_1836_(engraved_by_B

 

La grande originalité de cette cathédrale, je dirais, c'est son emplacement. A part elle, je n'ai aucune image de cathédrales fluviales en Angleterre, alors qu'en France elles sont plus d'une. Nous retrouvons donc la Severn, IMG_9910 (2) plus grand fleuve Anglais devant la Tamise et sa surpopulation en cygnes.

(3,4,5)

IMG_0157

IMG_0155

IMG_0153

(6) IMG_9915 De la rive du fleuve, il faut monter pour accèder au niveau de l'église et sa façade. (7)

IMG_9916

A ce moment, en contournant l'édifice, je suis pris d'un terrible sentiment de déception. Tout le parement extérieur a été refait au XIXème par Georges Gilbert Scott. La liste de ses constructions néo-gothiques et de ses restaurations est impressionnante. Ce doit être le Viollet Le Duc anglais. En tout cas, la cathédrale ressemble à une imitation sans âme. (8)

IMG_9923

Seule la tour de croisée s'en tire, mais elle est authentique... (9)

IMG_9932

 IMG_9941 (10) Une fois n'est pas coutume, notre entrée en matière se fait par le cloître. Un cloître vitré une fois de plus ! Zut. Beaucoup moins photogénique que celui de Gloucester, j'y fais néanmoins une déambulation plus inspirée. (11,12)

IMG_9939

IMG_9943

Des cloches médiévales sont déposées là. (13)

IMG_9951

Sur ce cloître s'ouvre la salle capitulaire. Elle est romane (regardez le premier niveaux avec ses arcatures en quinconces typique du roman (anglo-)normand) bien que ses fenêtres et sa voûte aient été refaites à l'époque gothique. En tout cas, je constate que le plan circulaire ou octogonal de ces salles, si original, précède l'époque gothique. Nouvelle surprise. (14)

IMG_9956

Entrée dans la cathédrale, qui s'avère être un véritable livre d'histoire de l'art gothique anglais dont toutes les phases (sauf le perpendiculaire) sont présentes.

Mais avant de détailler, je dirais que la première impression fut aux antipodes de ce que j'avais éprouvé à l'extérieur : un très bel espace.

IMG_9970(15)

(16)IMG_9999

Je suis séduit par une certaine sobriété  : ce que je vois est massivement du XIVème, donc decorated mais une version assez sobre au fond. La voûte elle-même n'est guère complexe et la maçonnerie des ses voûtains  (quartiers de voûte) est même assez grossièrement appareillée (alors que le gothique anglais peut être à l'inverse presque métallique dans son traitement dela pierre.) Mais surtout, ce qui me séduit - ce qui est à la base même de mon amour du gothique - ce sont les lignes. Cette nef est très linéaire de part la multiplications des "traits" verticaux, grâce notamment aux piliers très moulurés et épais. J'ai coutume de dire qu'un beau pilier anglais a une section en "petit beurre". Les plus beaux piliers du monde, à mes yeux, sont ceux de Wells, des vrais diamants de l'architecture, dont j'ai eu la fierté de dénicher des avatars dans deux églises bretonnes (Lamballe, St Méen). Dans les photos qui suivent j'ai essayé de "capturer" ce que j'aime tant dans ces piles. (18,19,20)

IMG_0031

IMG_0015 IMG_0017

L'élévation totale apparaît ici, avec un triforium très haut et donc une place assez réduite laissée aux fenêtres à l'arrière du passage mural (j'évoquais cela dans le post précédent pour expliquer la "révolution de Gloucester). (21)

IMG_0007

Dans chaque tympan des arcatures du triforium, une figure humaine. En y regardant de plus près, grâce aux photos, je soupçonne notre Viollet Le Duc anglais d'en être l'auteur. Nous n'aurons pas à aller bien loin pour trouver sa source d'inspiration. (22)

IMG_9991

A l'approche de la croisée, je retrouve comme la veille, ces arcs-boutants intra-muros, qui assurent la stabilité de la tour centrale. Question : pourquoi les anglais ont-ils eu recours à ce subterfuge alors que les tours de croisée, perchées sur des vaisseaux autrement plus hardis ailleurs, s'en passent allègrement?  (mais le clocher du Kreiskêr à St Pol de Léon, a des arcs-boutants secret aussi et des traits... d'architecture anglaise.. ah l'histoire est obstinément questionnante!) (23,24)

IMG_0001 IMG_0012

Tout pris à l'obervation de mes beaux piliers, je ne me tourne que tardivement vers les deux premières travées occidentales, - revenant sur mes pas en quelque sorte - qui sont peu banales. Elles ne sont plus tout à fait romanes, pas vraiment gothiques. Tiens me dis-je, un style de transition! Et quoi de plus excitant qu'assister à la mue ? Et le triforium est proprement ébouriffant, roman dans sa structure, gothique dans la finesse de ses piédroits et complètement "rococo" avec ses fleurons (de facture toute romane) qui éclatent tels des bubons sur le nu du mur. Je m'étais déjà interrogé sur place. Hier soir, jusque tard, travaillant sur les photos, j'ai de nouveau achoppé sur l'étrangeté de cette élévation. Et ce matin, à l'ouverture des yeux, une image en noir et blanc m'est apparue, une photo de ces deux travées, en même temps que la certitude de savoir dans quel livre je la trouverais, dans un chapitre consacré aux prémices du gothique anglais. Je cours vérifier. Je ne m'étais pas trompé. Je les connaissais donc livresquement. J'y puise la date : 1175 ! Années 70, celles de l'introduction du gothique en Angleterre. CQFD!

(25 : élévation complète - 26 : raccord XIIème/XIVème)

IMG_9971 IMG_9980

Il est temps de passer au sanctuaire (choeur + petit transept). Cette partie est toute entière en early english, la première phase du gothique, celle qui débute juste après Canterbury et dont les "grandes oeuvres" sont la nef de Lincoln et la cathédrale entière de Salisbury (cas unique d'une cathédrale anglaise bâtie ex nihilo, vite, et donc d'un bout à l'autre dans le même style). Eh bien cette première phase n'est pas tâtonnante mais très très raffinée, voire parfois maniérée : la mouluration et décor muraux à la normande (Cloître du Mont St Michel, Bayeux), les colonnes en délit au devant le la maçonnerie à la bourguignonne (Auxerre, Dijon...), la bichromie  et la délicatesse des sculptures - personnages et feuillages - à la saxonne : voila une partie de la recette. Bref, cette partie occidentale de Worcester est un peu un outsider du early, un superbe exemple moins connu. (27)

IMG_0113

Elévation : (28) :

IMG_0096

Fenêtre haute anglo-normande derrière passage mural (29).

IMG_0040

Une forêt de colonnettes (30).

IMG_0052

Chapelle à l'extrèmité du bas-côté. (31,32)

IMG_0116 IMG_0123

L'early english, c'est cette virtuosité des chapiteaux  et ce style inimitable des petits personnages (que j'ai retrouvés dans tous les édifices de cette période), ornant culots des colonnes, et triforium (origine des pastiches de Scott sans doute) (33, 34, 35, 36, 37)

IMG_0044

IMG_0036 IMG_0037IMG_0045 IMG_0042

(38) pennoù

Extrémité du sanctuaire (39,40)

IMG_0092

IMG_0105

Le petit transept est pour moi un chef-d'oeuvre : une cage de lumière dédoublée qui n'est pas sans rappeler, en transposant au carré, les transepts de Noyon en France (premier art gothique). (41)

IMG_0089

Partout, dans le transept et le sanctuaire, des arcatures ornent le soubassement des murs et tous les écoinçons des arcades portent des saynètes sculptées, ce qui équivaut bien au foisonnement des portails d'Ile de France.

Transept : (42)

écoinçons transept

Sanctuaire (visez l'élégance des silhouettes et des drapés) (43, 44, 45)

 

IMG_0104

IMG_0108

Sans titre

Cette photo est une évocation de "l'ambiance" des cathédrales anglaises, très "meublées", où tout se perçoit au travers d'autre chose, où tout est mystère... (46)

IMG_0126

Tout cela est assis sur une crypte romane assez gigantesque (on ne voit ici qu'une partie) (47)

 

IMG_0135

 

Je terminerai enfin par celui dont la cathédrale est la sépulture. Je ne le savais pas avant d'y entrer et me trouvai tout surpris de côtoyer un personnage au nom si illustre: Jean d'Angleterre, dit Sans Terre. Il fut enterré ici à sa demande.

 

IMG_0066

 

Bref, je ne m'attendais pas à de telles richesses dans une  cathédrale rencontrée presque par hasard.

Allez, demain on prend le grand air.

Posté par karagar à 00:51 - Commentaires [5] - Permalien [#]

ENGLAND - CYMRU - AUX ORIGINES DU PERPENDICULAIRE

Je demande votre indulgence pour la longueur de ce post mais c'est aussi l'occasion de mettre mes idées au clair...

IMG_9887De Kilpeck nous filons vers Gloucester (attention à la prononciation !). C'est en cette ville que les parents de Vladimir passèrent leur lune de miel mais impossible de se souvenir du nom de l'hôtel pour aller y jeter un oeil, en admettant qu'il existe toujours.

Mais, on s'en doute, là n'était pas la raison essentielle de notre visite à Gloucester mais bien la cathédrale. Première seulement au compteur, Vladimir a un peu de patience en réserve.

J'avais à ce moment vu toutes les cathédrales anglaises que je voulais absolument voir et bien que Gloucester figurât dans le peloton de tête des grands édifices gothiques britanniques, le style perpendiculaire, dont elle est le fer de lance, me rebutait un peu par sa surabondance décorative, en particulier dans les voûtes, que j'aime assez sobre.

Mais, l'expérience de l'art anglais m'appris à me méfier des impressions que donnent les photos et de mes idées préconçues. Combien d'édifices qui me paraissaient "baroques" sur le papier glacé, s'avérèrent en trois dimensions, des plus envoûtants (c'est normal sous les voûtes).

Depuis aussi, j'ai beaucoup lu sur le gothique anglais, et je comprends de moins en moins mal sa genèse qui reste cependant mystérieuse à bien des égards.

Or, on considère que le plus vieux exemple de style perpendiculaire (ou rectiligne) est la partie orientale (choeur et transept) de Gloucester (1335). Ce style perdurera jusqu'au XVIème en Grande Bretagne. Paradoxalement, sa surcharge ornementale (notamment dans les voûtes) va de pair avec un raidissement des formes en réaction au gothique "fleuri" du decorated, et ce mouvement est parfois interprété comme en lien avec l'assombrissement des esprits suite à la peste noire.

Factuellement, le mur épais anglo-normand est abandonné : il n'y aura plus de passage au devant des fenêtres, celles-ci occuperont désormais tout l'espace disponible sous la voûte et descendront bien plus bas, à l'instar du gothique français. La place donnée à la fenêtre deviendra même prépondérante, au delà de ce qui se passe en France, au point d'occuper des murs entiers, de dépasser le cadre de l'arc brisé ogival jusqu'à paraître presque carrée. Même ce qui n'est pas fenêtre sera traité en "remplage", qui recouvriront murs et voûtes : tout s'uniformise donc au détriment d'une certaine articulation architecturale, à mon sens. Les voûtes vont même s'applatir à force de se compartimenter.

Dois-je rappeler que les abords d'une cathédrale anglaise n'ont rien à voir avec ce qui se voit ailleurs en Europe occidentale. Plus ou moins bien conservé, l'enclos est toujours là, faisant du quartier cathédral un lieu à part, sans commerces, aéré, verdoyant, très marqué par le Moyen-âge. Par ailleurs, alors que les abbayes ont été détruites, l'ensemble cathédral est souvent intact (cloître, salle capitulaire, réfectoire, bibliothèque...) dans lequel vous plongez comme en autre monde.

IMG_9586

Mais, dans ce "complexe" médiéval sont aussi librairies et cafétérias (parfois installées là où les chanoines eux-même se sustentaient!), ce qui en fait des vrais lieux de vie, sans compter les choeurs très actifs (et d'une qualité...). Tous les sites Internet des cathédrales vous donnent les horaires où on peut venir écouter ces ensembles musicaux, de même que les horaires où les bell ringers (souvent 12 personnes dans les cathédrales - une par note) officient. La cohabitation entre les motivations différentes pour venir visiter (religieuses, historiques, artistiques, amener ses enfants...) est sereine et paisible, bien loin des querelles stériles à la française (genre les cathédrales devraient toutes brûler car je suis anti-clérical, j'exagère à peine).

IMG_9635

Je suis obligé de préciser encore, pour que la suite soit intelligible, que la cathédrale de Gloucester est en majorité un rhabillage ! C'est en réalité, malgré toutes les apparences, une abbatiale romane. Et dès qu'on entre dans la nef on est surpris de voir ce que rien à l'extérieur n'annonçait...

Façade perpendiculaire

IMG_9640

IMG_9603Flanc sud, entièrement gothique (mais les fenêtres hautes minuscules trahissent la réalité),

IMG_9612

et son magnifique mixed border,

IMG_9608

Grande tour de croisée dans le même style (remarquez les couronnement, sorte de crénelage fantaisiste et ajouré, ainsi que les arcs-boutants contre la tour et pris dans les murs du transept pour assurer la stabilité du clocher).

IMG_9594

IMG_9625

En faisant le tour vers l'est, les indices apparaissent plus nombreux, comme ces vestiges des absidioles romanes. Notez ce petit pont-couloir suspendu entre les deux chapelles, nous le retrouverons plus tard. Notez aussi la courbure de la gande fenêtre et les contreforts intégrés au fenestrage.

IMG_9616

IMG_9623

Entrons dans la nef, romane (normande, comme je l'expliquais à Calystee). On pense à Durham, mais ici les proportions sont moins heureuses, avec ces piles surhaussées et un triforium et des fenêtres hautes "riquiqui". Le voûtement gothique du XIIIème (style early english, avec ses colonnes noires et des chapiteaux et visages si bien traités), accentuent la disproportion en faisant partiellement disparaître ces deux étages pas conçus pour la croisée d'ogive.

IMG_9641

IMG_9647

IMG_9883

IMG_9651 IMG_9656

                                                                               Des siècles que cette toile d'araignée me chatouille le nez !

Je n'ai rien lu là dessus et j'ai failli ne pas le voir, mais les bas-côtés ont des voûtes d'ogives qui me semblent pré-gothiques, comme à Durham: même profil des ogives et supports tous romans. Si je ne me trompe pas, c'est un scoop !

IMG_9654

Un petit saut dans le transept sud avant l'aller voir le sanctuaire, car c'est la première partie à avoir était refaite en perpendiculaire.

C'est par la volonté royale que sont entrepris ces travaux d'embellissement de la cathédrale qui conduisent à transformer l'art anglais. Le jeune roi Edward III commande ces travaux car l'abbaye de Gloucester vient d'accueillir, un peu par les hasards de l'Histoire, la dépouille de son père Edward II mort en disgrâce, peut-être assassiné. Sa femme était française - la fille de Philippe Le Bel - ,  et son amant - ? le doute susbiste - gascon).

IMG_9765 IMG_9772

IMG_9773

J'ai lu quelque part que le "cahier des charges" avait été de s'inspirer de l'art rayonnant français. Je suis un peu surpris. Mais en effet, à examiner l'édifice, l'abandon du mur épais, l'agrandissement des fenêtres, l'invasion des murs par les faux remplages, tout cela vient bien du rayonnant tardif. Mais le résultat est si différent, comme toujours en  Angleterre.

Enfin, pour mieux comprendre, voici ce que l'on a gardé de l'édifice roman = l'essentiel. Toute cette oeuvre n'est qu'illusion.

2017-GL-02-2

Le transept sud donc, plus vieux édifice perpendiculaire anglais. Le mur n'est qu'un réseau, plein ou vide. (voyez encore les arcs-boutants cachés). De manière très illusionniste, la nervure sommitale de la voûte se poursuit dans le vide et est réceptionnée par ce que, mauvaise langue, j'ai appelé, le porte-manteaux. Vladimir aime beaucoup... le goût anglais sans doute. Les voûtes sont recouvertes de liernes mais ne sont pas encore chargés des "bosses" qu'on trouvera dans le choeur.

IMG_9709

IMG_9667 IMG_9837

IMG_9708 IMG_9713

Entrons dans le choeur :

IMG_9889

Ces deux photos laissent bien voir la structure romane (bas côtés et tribunes) à demi masquée par l'écran gothique diaphane. Le clair-étage est lui entièrement gothique, l'église a été surhaussée. Les fenêtres sont bien "à la française", occupant tout l'espace sous la voûte et descendant bien plus bas que la retombée de cette dernière (jusqu'alors l'étage des fenêtres ne descendait pas au delà de la barre transversale qui coupe ici la fenêtre en deux, pour vous donner une idée). Le mur n'est laissé nu nulle part.

IMG_9679

IMG_9681

IMG_9805Le voûtement atteint un degré de complexité (et de charge décorative) inédit. C'est le résultat d'une tendance qui s'amorce très très tôt: dès que le gothique est introduit, les anglais n'ont de cesse de complexifier la voûte. Disons le tout net, ça 'est pas ce que je préfère..

IMG_9705

Il nous faut parler de la fenêtre orientale. Voila encore quelque-chose d'unique : le mur du fond n'est qu'une immense fenêtre, rien d'autre. (la plus grande du monde en son temps). Elle n'est pas plane mais courbée vers l'est, sans doute pour s'appuyer sur les fondations romanes, qui étaient celles d'une abside courbe. Cette forme lui a donné, dit-on, sa résistance aux vents.

IMG_9737

Elle est entièrement vitrée de pièces médiévales (parfois replacées là), assez typiques du XIVème, avec beaucoup de verres blancs dans lesquelles s'enchasse la couleur.

IMG_9689

Avec le "célèbre" golfeur:

IMG_9818

Au pied de la grande fenêtre est percée l'entrée de la Lady Chapel (le déambulatoire est interrompu pour cause de chevet plat).IMG_9736

IMG_9749La Lady Chapel est la seule partie construite ex nihilo en style perpendiculaire.

IMG_9758

IMG_9761 IMG_9748

On accède à tout ça par le déambulatoire - tronqué - qui est resté de style roman!

IMG_9715 IMG_9718

On y voit un étonnant gisant du XIIIème siècle réalisé en morta (du chêne en l'espèce) d'Irlande (j'apprends ce mot en français pour traduire bog oak, que je comprends d'emblée grâce à la tradition irlandaise de faire les caisses des harpes en bois de ce type) [Le morta est un bois trouvé dans les zones de tourbières , en cours de fossilisation.] C'est Robert, fils aîné de Guillaume le Conquérant, prétendant malheureux au trône d'Angleterre, croisé etc.... On dirait qu'il danse. Il semble qu'il ait mené une vie assez dissolue... Y a-t-il un lien?

IMG_9720

Une des chapelles rayonnantes présente trois fenêtres vitrées en 1989 par Thomas Denny qui m'ont fait beaucoup d'impression.

IMG_9723

IMG_9726 IMG_9727

IMG_9728 IMG_9730

L'accès aux tribune est public (c'est rare). Comme les bas-côtés qu'elles surmontent, elles sont romanes et recouvertes d'un parement gothique.

IMG_9815

 

IMG_9787

IMG_9790

IMG_9792

Derrière la grande fenêtre court un minuscule couloir (c'est le petit pont que j'ai montré plus haut) qui rejoint les deux tribunes. Quand on se poste à un bout, on entend une autre personne murmurer à l'autre bout comme si elle était à côté!

Enfin, à Gloucester il y a un cloître. C'est un des plus célèbres cloîtres du monde, avec sa voûte en éventail (la première du genre aussi) qui est un trésor d'ingénierie médiévale (je ne détaille pas les implications techniques et géométriques du fait que chaque pierre de voûte porte une partie du dessin....) mais aussi (et cela me faisait craindre le pire en fréquentation mais c'était finalement raisonnable), un des lieux de tournage des films du magicien Henri Potier.

C'est une grosse déception pour nous (Vladimir est amateur de cloîtres), car ce cloître est fermé (vitraux) et cela nous semble antinomique, en tout cas contraire à tout ce que nous aimons dans ces endroits où s'interpénètrent le dedans et le dehors... La quatrième photo montre le lavabo des moines, en face se trouvait l'endroit des serviettes.

IMG_9881 IMG_9854IMG_9870 IMG_9867

IMG_9855

IMG_9859

C'était une journée pluvieuse et sombre. Heureusement nous pûmes faire le tour de la cathédrale au sec mais il plut tout au long de notre visite intérieure.

Notre visite aux docks fut donc rapide, sous nos K-way.

Gloucester fut un port maritime, bien qu'assez loin de la mer. Elle est en effet tout au fond de l'estuaire de la Severn, qui est très long. Ambiance portuaire inattendue donc :

 

IMG_9894

IMG_9899Visite passionnante donc à bien des égards même si ça n'est pas le style qui m'emporte le plus.

Je suis désolé, demain c'est cathédrale encore, mais je serai plus court.

Posté par karagar à 12:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]