EN ALAN AR MEURVOR

AVIS DE DEPART

Nous sommes partis directement après la journée de au travail.

Nous dormons auprès de la rivière Vendée mais ça n'est qu'une escale, demain nous serons vers là :Résultat de recherche d'images pour "cham des bondons"

Ensuite:Résultat de recherche d'images pour "avignon"

Ensuite:Résultat de recherche d'images pour "cathédrale de toulouse"

Ensuite:Résultat de recherche d'images pour "cantal"

A dans trois semaines!

Posté par karagar à 23:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Auf der einen oder der anderen Seite des Rhein18: FIN DU PERIPLE.

Petit crochet pour voir la mer du Nord. C'est la deuxième fois que je la vois (la précédente en Angleterre, assez loin de là) et je reconnais immédiatement sa couleur jaunasse. Suis un peu difficile sur la couleur de la mer, normal...

IMG_4627

IMG_4628

Arrêt minute à Yprès, tristement célèbre. Magnifiques monuments médiévaux remontés après guerre.  La cathédrale m'intrigue. Je ne comprends pas tout de ses influences... normale je débute dans la région...

IMG_4660

IMG_4673

IMG_4681

IMG_4684

IMG_4695

Enfin à Lille, nous tombons sur les deux monuments que nous cherchions. C'est pas de la chance ça?

IMG_4782

Posté par karagar à 23:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Auf der einen oder der anderen Seite des Rhein17: ENTRE LES TOURS....

IMG_4346Nous traversons la Belgique flamande pour aller voir deux monuments nordiques et faisons donc escale en cette ville célèbre. Assez de tours à Bruges pour ne pas devoir aller à Gand...

Une fois de plus, pas d'explications détaillées, Bruges est trop riche et nous ne cherchâmes pas à tout voir.

Je craignais la fréquentation mais ça n'était pas pire qu'en la capitale alsacienne. Néanmoins, ayant choisi de dormir sur place, nous avons pu voir la ville devenir quasiment déserte après 19h00. Tout cela donne une certaine artificialité (malgré l'authenticité historique) au détriment du charme peut-être. C'est néanmoins très beau.

IMG_4153

IMG_4157

IMG_4160Basilique du Saint Sang

IMG_4170

IMG_4192

IMG_4194

IMG_4197

IMG_4203 IMG_4208

IMG_4207

IMG_4216

IMG_4219 IMG_4241

IMG_4223

Le béguinage IMG_4269

IMG_4277

IMG_4267

IMG_4296 IMG_4310

IMG_4316

IMG_4331 IMG_4326

Musée de l'ancien hopital Saint Jean (musée Memling)

IMG_4411 IMG_4414IMG_4261

IMG_4364

IMG_4339

IMG_4343

Autopsie

IMG_4362

La chasse de Sainte Ursule (peintures Hans Memling) où je reconnais Cologne dont nous arrivons (étonnant vu l'éloignement dans le temps)

IMG_4369

IMG_4371

Mariage mystique de sainte Catherine

IMG_4386

IMG_4387

IMG_4390 IMG_4392

L'apocalypse

IMG_4393

IMG_4400

IMG_4404

IMG_4427 IMG_4438IMG_4440 IMG_4450

IMG_4487 IMG_4572

IMG_4494

IMG_4598 IMG_4533

IMG_4537

IMG_4552

IMG_4595

IMG_4605

Posté par karagar à 23:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Auf der einen oder der anderen Seite des Rhein16: CHAPELLE PALATINE

IMG_4120Il est devenu plus qu'urgent que j'en finisse de ces vacances germaniques ou je risque bien un chevauchement temporel dont ma méconnaissance de la physique quantique me prive d'entrevoir les conséquence sur la révolution solaire...

Donc après Cologne, la dernière étape prévue de longue date était Aix La Chapelle pour y voir l'un des monuments les plus insignes de l'histoire médiévale : la chapelle palatine.

Elle est de plan centré dont il a été beaucoup question tout au long de ces vacances, c'est un lointain avatar (en brûlant beaucoup d'étapes) du mausolée évoqué récemment par Calyste. On pourrait disserter longuement sur la structure de cette édifice qui doit à St Vitale de Ravenne, à l'ornementation antique et carolingienne mêlées.

Au XIVème, on remplace la petite abside carolingienne par une immense abside gothique, bâtie sur les plans d'une autre chapelle prestigieuse bien que vieille d'un siècle seulement : la Saint Chapelle de Saint Louis, édifice phare en Europe. Elle est bien plus haute que cette dernière 32/20m.

Je dirais juste que - est-ce à cause de la foule, du manque de lumière par cette sombre journée, des dorures refaites à l'excès ? - je n'ai pas été emporté par ce monument. Même l'immense "Sainte Chapelle" m'a semblé bien grossière par rapport à son modèle.

 

IMG_4128

IMG_4138IMG_4059

IMG_4055

 

IMG_4070

IMG_4072IMG_4091 IMG_4093

IMG_4081

IMG_4102

Posté par karagar à 12:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]

STRAIGHT FROM DAETH VALLEY

IMG_9351

IMG_9352

IMG_9355

IMG_9361

IMG_9367

IMG_9371

IMG_9385

IMG_9386 bis

IMG_9394

IMG_9396

IMG_9399

IMG_9407

IMG_9411

IMG_9413

IMG_9416

IMG_9417

IMG_9419

IMG_9421

IMG_9422

IMG_9424

IMG_9424

IMG_9428

IMG_9430

IMG_9433

IMG_9434

Posté par karagar à 22:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]


AVANT L'ORAGE

Petit tour entre 22h et 22h30 avant l'orage hier soir et après une semaine inouïe, climatiquement parlant.  On a déjà eu aussi chaud, mais sans discontinuer sur une telle longueur de temps, c'est inédit, je crois. Je me rends compte que j'ai "shunté" juin photographiquement parlant, alors que c'est le mois le plus fleuri...

IMG_9274

IMG_9277

IMG_9284

IMG_9285

IMG_9290

IMG_9293

IMG_9296

IMG_9301

IMG_9306

IMG_9313

IMG_9315

IMG_9317

IMG_9318

IMG_9321

IMG_9322

IMG_9330

Posté par karagar à 10:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]

SATISFACTION : ELOGE DE LA LONGUEUR NECESSAIRE

La patience, j'en ai ou je n'en ai pas. Au volant, j'en suis terriblement dépourvu. Comme à pied, je n'aime pas être entravé, devoir piétiner. Côté jardin, je me surprends à être celui qui professe l'art d'attendre. La nature m'a éduqué.

Parfois, on se dit que les planètes sont alignées pour que telle ou telle chose arrive. J'entends par là - on sait que je suis peu enclin à l'ésotérisme - que les conditions sont réunies. Et on croit s'être trompé à constater qu'elles ne se produisent pas. Et puis un beau jour, on comprend qu'on a tout bonnement manqué de patience. Ça s'est passé récemment. Je m'étais, il y a peu, plaint en ces colonnes, que malgré la proximité de la mer et l'amoncellement de rochers qui caractérise notre jardin, je n'avais pas la chance d'y rencontrer le lézard vert occidental. Récemment, à plusieurs reprises, j'ai entendu un gros bruit de fuite en m'approchant d'un massif. J'ai pensé mulot et compagnie (et campagnol?) Erreur ! L'autre jour, je l'ai vu, sous les feuilles de l'agave, aussi vert que fugace! J'en suis très fier. J'espère que Bibi ne l'a pas vu, car ce chat est un abattoir sur pattes.

Le roman horticole, je le sais a mis a rude épreuve la patience des lecteurs. Plus de 400 pages, des digressions chute libre dans le passé de l'art des jardins... Mais les témoignages de satisfactions ont été au rares que précieux. Deux beaux articles de presse, quelques témoignages verbaux, dont la femme de l'homme qui prétendait vouloir le réécrire à sa façon, me dit un jour, en cachette de son mari, qu'elle l'a lu deux fois. Plus tard, après un reportage sur un jardin écossais vu sur Arte, elle vient me trouver pour me dire qu'elle y a vu le jardin du livre. Et là, j'était tout bonnement heureux, car ce jardin qu'elle avait vu ressemblait vraiment à celui du livre... donner avec les mots à voir les images de ma tête... ma seule vraie ambition littéraire.

Et puis le mois dernier - je n'y pense plus guère, le livre est sorti il y a si longtemps déjà - je vais à Nantes donner une journée de formation et l'une de mes stagiaires (une enseignante de l'école où je me trouvais) sort un beau livre de son sac (consacré un créateur nantais de "folies" jardinesque), me le tend en disant : "On ne fait pas assez de cadeaux aux écrivains. Voici, pour te remercier d'avoir écrit Mi*en*da**ll !" La patience est à double sens...

Longue est aussi la pièce de théâtre récemment créée. 2 heures, montre en main. Moi, j'étais rassuré, je craignais bien pire. Mais le programmateur, le futur spectateur appréhendent... On me pria même de... rogner. Ce que je fis pour des raisons toutes autres. Au final, j'ai eu beaucoup de témoignages m'assurant que le spectacle n'avait pas semblé trop long. Mais j'eus droit à un éloge inattendu de la longueur. Lors d'une fête à Quimper, où j'attendais pour un plateau télé et après avoir un peu galèré pour connaître les horaires et les modalités... du maquillage, je m'accorde un bière à un stand. Le serveur, à moment de la commande, me fait un immense sourire. Bizarre. Au retour, verre en main, il me dit : j'ai vu votre pièce. (Je ne sais toujours pas comment il a su que j'en étais l'auteur...). Non bretonnant, il a suivi le propos grâce au seul surtitrage. Cela m'intéressait au plus au point car c'était le premier témoignage qui me parvenait sur le sujet. Et était enthousiaste. "C'était long, mais il fallait bien cela pour que les idées rentrent.  Ma copine et moi, on a discuté trois jours durant des idées de la pièce."Ouah ! Il était contant le buveur de bière. La longueur, les petits moments d'ennuis même, nécessaires dans une pièce, ai-je récemment entendu dans la bouche d'un metteur en scène de haut vol, pour que le drame prenne plus de puissance, de profondeur... Et puis, faisons nous plaisir, quatre mentions (je les compte, hi!hi!) à mon feu collègue d'outre Manche !

Gortoz pell, gortoz gwell (la longue attente est récompensée) dit le breton, voila que le critique littéraire assez enclin à me casser (mais nous sommes nombreux sur le champ de tir!) fait un billet louangeur sur la dite pièce ! J'ai dû lire deux fois pour chercher le venin ! Point !

Enfin, douze ans c'est long. Et je viens de mettre fin à un long stand-by de 12 ans, et ça n'est pas la moindre des conséquence de la pièce de théâtre ! De la même façon que j'ai arrêté de fumer. Soudaine, comme un déclic accompagné de certitude. Pour les besoins de la pièce, on nous a prêté une petite harpe. (Qui s'avère historique, je le sais depuis peu, car c'est le premier coup d'essai de ce luthier depuis longtemps réputé comme un des meilleurs dans son domaine.) Cette harpe non jouée depuis des décennies, cordée de nylon, n'avait rien  à voir avec l'instrument que je pratiquais, à corde de bronze et correspond à un type d'instrument moderne qui n'est pas mon préféré dans le genre harpe celtique. Longtemps même, c'est un comédien qui la gardait chez lui. Las de l'entendre désaccordée pendant les répets, j'ai demandé à la prendre en charge. J'ai cru un moment qu'elle était irrécupérable et puis, ces instruments sont un peu vivants, elle a de nouveau accepté l'accord et aujourd'hui, s'il l'on excepte ces journées de forte chaleur, elle montre une belle constance. Et puis, il y a eu une rencontre improbable. Moi qui n'aime guère le nylon, je me suis surpris à la mettre tous les jours sur mes genoux. Instrument limité certes, mais léger, "portable" ! J'ai commencé à y prendre plaisir, j'ai même enregistré un morceau qui clôt la pièce. J'utilise à 80 % la technique de la harpe irlandaise (ongle, étouffées etc...) le seule que je connaisse et c'est sans doute cela qui fait que le son me plaît plus que je l'aurais imaginé. Le déclic ça n'est pas que ça. J'ai été surpris dèjà de constater que, si mon répertoire - assez conséquent -  s'est envolé - je ne lis pas la musique, j'avais toujours mes doigts. Que la dextérité donc revenait assez vite malgré la longue coupure et mon âge. J'ai goûté au plaisir d'une harpe portable et aux écartements de corde moins inhumains que ceux de ma grande harpe Go*as/Sti*vell. Mais surtout, et ça s'est venu progressivement, que je n'avais besoin de personne. Que certes je ne lisais pas la musique, mais que je pouvais m'inspirer de quantités de vidéo sur Internet, que je ferais ce que je pourrais, ce qui me plairait, ma cuisine en somme, que je mélangerais les types d'arrangement si ça me chantait, bref que je pourrais me prendre en charge tout seul. Je me suis enfin (harpistiquement parlant j'entends) senti LIBRE.  Ça a pris 12 ans. Je vais peut-être jouer comme un pied mais tant pis. Je le vis vraiment comme un révolution intérieure que je suis seul à voir. J'avais perdu une roue, je l'ai retrouvée. Ça fait comme un sourire en moi à chaque réveil. C'est ma révolution des cinquantièmes rugissants, comme il y en eut une autre précédant les quarantièmes... Je me sens enfin entier. Ni plus ni moins.

Ce soir, j'ai fait un truc énorme. J'ai commandé un harpe historique à caisse creusée, cordes tirées à la main, faite en Irlande, une "reproduction" de  celle du dernier harpise à avoir joué sur métal en Irlande à la fin du XVIIIème, De*nis Hem*pson . Un an d'attente... une petite idée de la destination l'été prochain.

Résultat de recherche d'images pour "downhill harp"

Posté par karagar à 00:51 - Commentaires [5] - Permalien [#]

ALLER ET RETOUR VITE FAIT AUX CARAÏBES

Je croyais la réputation de cet endroit un peu surfaite, mais je dois avouer que c'était inouï...

IMG_9104

IMG_9113

IMG_9121

IMG_9131

IMG_9137

IMG_9142

IMG_9146

IMG_9148

IMG_9149

IMG_9157

IMG_9166

IMG_9169

IMG_9172

IMG_9177

IMG_9196

IMG_9224

IMG_9227

IMG_9231

IMG_9262

IMG_9082

Posté par karagar à 00:01 - Commentaires [12] - Permalien [#]

EN DIFFERE DE LA FETE DE LA MUSIQUE

 

 

Posté par karagar à 00:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]

AVERTISSEMENT

IMG_9023(attention, vipères à mauvaise(s) langue(s))

Décidément, des surprises capistes en ce moment, en matière de breton...

Posté par karagar à 23:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]

TRUGAREZ

Samedi soir, deux femmes venaient dormir à la maison, de l'Anjou. Je les connaissais pour ma part assez peu: j'avais vu l'une une fois et l'autre deux, mais sur scène, ce qui ne favorise guère les échanges.

De leur côté, elle ne pouvaient avoir de moi que le même souvenir fugace, mais l'une ayant côtoyé assidûment Vladimir, j'ai pu penser un instant qu'elle en savait un peu plus sur moi, ne serait-ce que mon activité professionnelle.

Ne croyez pas un instant que cela ait eu la moindre importance à mes yeux sauf qu'au moment de leur arrivée tonitruante, leurs propos incohérents et étranges m'ont fait pensé un bon moment qu'elles ne pouvaient ignorer que j'enseignais l'idiôme armoricain et qu'elles s'en gaussaient quelque peu. Il m'est arrivé parfois, hors de mon milieu d'évolution habituel, d'être vu comme une bête curieuse, et ces souvenirs ont pu me conforter dans mon impression première.

En en reparlant le lendemain, j'ai su qu'elles pensaient alors que j'étais luthier (et la petite harpe théâtrale sur la table de salon n'a fait que les maintenir dans l'erreur) et ignoraient tout de mon rapport à la langue bretonne, ce qui a rendu encore plus cocasse à posteriori le retour sur les évènements.

Les fins connaisseurs de la situation actuelle de la langue bretonne mesureront mon étonnement à sa juste valeur.

En effet, les deux demoiselles, malgré (ou à cause du...) le GPS se sont perdues dans le bourg de P., ce qui est déjà, quand on connaît la topographie locale, un exploit. Il crachinait, on approchait les 20h et le patelin, d'ordinaire si vivant, était désert. Elles avisent alors un vieux monsieur, qu'elles décriront ensuite comme beau, digne et racé, et lui demandent comment trouver la route du C. Ce dernier s'acquitte de sa tâche sauf que... elles ne comprennent pas un mot. En toute conscience - et malice - il leur avait donné l'explication en breton. A leur insistance il finit par parler français, leur intime de ne pas rigoler, que la question de la langue bretonne est chose sérieuse, que quand il était jeune c'était latin dans l'église et breton au dehors, donne l'étymologie du nom de ma rue, la situe à grand renfort de sud et de sud-ouest. Au moment de se quitter, et après qu'il avait raconté pas mal de choses, elles demandent comment on dit merci en breton et sont gratifiées d'un sentencieux trugarez (tiens, tiens, le fameux mot que les vieux ne connaissent pas...) non sans qu'il ait insisté sur la prononciation et leur ait recommandé de rouler les "r" comme lui (à la façon capiste, NDLR) si elles voulaient faire impression.

Et c'est en sortant ce trugarez à tort et à travers (mais plutôt bien prononcé) qu'elles sont rentrées chez moi... Comment aurais-je pu penser qu'elles faisaient autre chose de de me taquiner? Arrivées au bout du bout du Finistère, elles ont pensé que cet usage intempestif du breton était somme toute normal ici !

Je les détrompai, leur indiquant qu'une telle fierté revendicative était rare chez les anciens. Mais j'étais tout émotionné de cette histoire et pour la première fois, fier des habitants de P.

Dimanche, elles m'ont montré sa maison.

Posté par karagar à 22:58 - Commentaires [7] - Permalien [#]

FIN MAE

Ca n'est déjà plus comme ça. Les iris disparaissent déjà, les roses entament leur domination... Au prochain épisode donc...

IMG_8666

IMG_8670

IMG_8674

IMG_8681

IMG_8688

IMG_8692

IMG_8697

IMG_8699

IMG_8703

IMG_8705

IMG_8708

IMG_8710

IMG_8712

IMG_8722

IMG_8724

IMG_8725

IMG_8733

IMG_8738

IMG_8746

IMG_8862

IMG_8867

IMG_8874

IMG_8877

IMG_8881

IMG_8887

IMG_8891

IMG_8893

IMG_8897

IMG_8899

IMG_8900

IMG_8901

IMG_8903

IMG_8904

IMG_8907

IMG_8910

IMG_8912

IMG_8913

IMG_8915

IMG_8917

IMG_8919

IMG_8923

IMG_8925

IMG_8931

IMG_8932

IMG_8937

IMG_8971

IMG_8977

IMG_8978

IMG_8982

Posté par karagar à 00:17 - Commentaires [11] - Permalien [#]

Auf der einen oder der anderen Seite des Rhein15: LES EGLISES DE COLOGNE

Contrairement à la première fois, j'ai pu consacrer un peu de temps à la visite d'autres édifices de Cologne et encore, après sélection, car la ville ne compte pas moins de douze basiliques romanes, souvent de très grande ampleur. On mesure à quelle point cette ville fut importante au Moyen-âge.

Petit coup d'oeil à l'hôtel de ville, dont la tour du XVème est remarquable. Elle est couverte des statues de personnage politiques de tout temps, dont certains pas si anciens. J'ai l'impression qu'il s'agissit là d'une tradition qui se perpétue masi je n'ai pas trouvé d'information.

IMG_3762 IMG_3775

IMG_3763 IMG_3764IMG_3766

IMG_3768 IMG_3769IMG_3770 IMG_3771

Sur la façade se trouve une loggia du XVIème très italianisante et crédible dans ce style.

IMG_3774

J'entre dans Sankt Andreas, que j'avais repérée du haut de la cathédrale, au pied de laquelle elle se trouve. La nef, dans un style roman puissant très "charpenté", est complétée au XIV ème d'un choeur gothique, plus ou moins tri-conque, comme beaucoup d'église de Cologne. On dit que c'est le chevet tri conque de l'une d'elles, Ste Maria du Capitole, aurait inspiré le plan tréflé du choeur de la cathédrale de Florence.

IMG_3864

IMG_3858 IMG_3865

Je jette un oeil à St Kunibert, dont le roman tardif se teinte déjà de gothique au niveau des voûtes et pour tout le transept dont le dédoublement mural est bien dans le nouvel esprit.

IMG_4018 IMG_4019

Je ne peux manquer de rendre visite à Gross St Martin, énorme église dont le clocher non moins gigantesque rivalise avec la cathédrale dans les vues de la ville.

IMG_3960

L'édifice est reconstruit après la guerre qui l'a presque totalement détruit. C'est donc une église carcasse, sobrement meublée, ce qui n'est pas pour me déplaire. Le choeur tri-conque montre des dispositions assez originales (sortes de tribunes), quant aux travées occidentales de la nef, sauf les suppports, elles sont nettement gothiques.

IMG_3919

IMG_3899

IMG_3881 IMG_3925

Mais l'église que je voulais absolument voir, c'est Saint Géréon, car en fait et place de nef, elle possède un décagone du XIIIème siècle (sur bases antiques), coiffé d'un dôme. C'est le plus grand dôme construit après Sainte Sophie et avant Florence. Mais surtout, et c'est en cela que ça me passionnait, c'est le seul dôme gothique, à ma connaissance. Et là, je suis conquis. Moi qui ne suis jamais ému par une coupole, là c'est envoûtant ! Dommage que l'art gothique ne s'y soit pas essayé plus souvent. Décidément, après le plan centré de Trèves, l'Allemagne, me fournit plein d'alternatives aux plans gothiques habituels.

IMG_3787 IMG_3791

IMG_3793

IMG_3796

IMG_3799

IMG_3802

IMG_3815

IMG_3811 IMG_3812

Posté par karagar à 23:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]

SUGUENSOU

IMG_8533Nous avons la chance d'avoir notre forêt, si l'envie nous prend de changer radicalement d'Eambiance. Et malgré sa petite taille, sa proximité avec l'océan, je trouve qu'elle n'a rien à envier aux grandes et je dirais même qu'elle m'enchante plus que tout autre.

Au point culminant, dominant l'estuaire, se trouve un bosquet de rhododendrons, dont la densité est surprenante, et qu'on peut traverser par un sentier qui évoque des films fantastiques. Je vous y avais emmené en hiver...

Bien que je me fusse promis de le faire bien souvent, je n'y étais jamais allée à l'époque de floraison de rhododendron ponticum. Ce soir, après des risques d'insolation au jardin, promenade de fin d'après midi sous un lumière féerique...

IMG_8534

IMG_8536

IMG_8539

IMG_8541bis

Nous retrouvons l'entrée du sentier mystérieux. Nous laisserons de nouveau happer?

IMG_8559

IMG_8561

C'est parti...

IMG_8563

IMG_8564

IMG_8567

IMG_8578

Au sortir, un grand hêtre, presque rassurant...

IMG_8579 IMG_8603

Nous contournons le massif...

IMG_8584 IMG_8592IMG_8596 IMG_8599IMG_8609

Vue sur l'estuaire...

IMG_8607

IMG_8608

IMG_8630 Nous quittons les rhodos et parcourons la forêt...

IMG_8611

IMG_8612

IMG_8614

IMG_8615 IMG_8619

IMG_8621

IMG_8635

IMG_8640

IMG_8644

Enfin nous traversons la rivière (pas à la nage) pour retrouver d'autres invasions mauves...

IMG_8647

IMG_8651

Posté par karagar à 00:16 - Commentaires [5] - Permalien [#]

JARDIN BOTANIQUE DE CORNOUAILLE

La seule promenade des vacances... nous sortions d'un jardin pour un autre jardin....

Créé en 1982, il n'est donc pas si vieux... la taille des plantes est impressionnante...

IMG_8438

Azalées caduques

IMG_8444

IMG_8448

IMG_8531

IMG_8473

Loderi "King Georges"

IMG_8462

IMG_8465

IMG_8466

Camelia sombre

IMG_8483

Scènes...

IMG_8485

IMG_8500

IMG_8502

IMG_8530

Rhododendron augustini (le plus "bleu" )

IMG_8507

Quand les fleurs sont tombées un autre fleur apparait...

IMG_8447

IMG_8504

Posté par karagar à 23:19 - Commentaires [4] - Permalien [#]

C'EST GROS UN RHODO

IMG_8454

Posté par karagar à 23:41 - Commentaires [3] - Permalien [#]

COULEURS DE MAI

Mai le mois des...

Mais pas seulement...

Le mois dernier je vous montrais le début de travaux que Cornus avait interprété comme un tournant versaillais...

119705142

Voici la chose presque terminée...

IMG_8309

IMG_8274

IMG_8265

IMG_8346

IMG_8420

IMG_8306

Pour le reste, j'ai la chance cette année d'être en vacances en pleine floraison de mes préférés ! Rare.

IMG_8389

IMG_8280 IMG_8368IMG_8369 IMG_8382IMG_8413 IMG_8285IMG_8320

IMG_8268

IMG_8363

IMG_8354

IMG_8399

IMG_8331

IMG_8335

IMG_8348

IMG_8356

IMG_8357

IMG_8366

IMG_8378

IMG_8404

IMG_8425

Autres plantes et autres vues du jardin qui continue d'avancer vers ce que j'aimerais qu'il soit...

IMG_8289

IMG_8319

IMG_8322

IMG_8324

IMG_8325 IMG_8330

bali

IMG_8317

IMG_8318

IMG_8332

IMG_8334

IMG_8341

IMG_8393

IMG_8395

IMG_8397

IMG_8400

IMG_8417

IMG_8430

Posté par karagar à 00:07 - Commentaires [14] - Permalien [#]

Auf der einen oder der anderen Seite des Rhein14: KÖLNER DOM

IMG_3405 Je prends conscience qu'à l'allure où je vais, les vacances d'été arriveront que je n'aurais même pas fini le compte-rendu des précédentes !

L'étape suivante n'était pas des moindres puisqu'il s'agissait de mon "grand" retour à Cologne. Outre qu'il est facile de poser nos sacs à Cologne, dans la Domstrasse - on ne peut mieux faire - je désirais revoir cette cathédrale dans des conditions différentes car j'estimais que la rencontre n'avait pas vraiment eu lieu. Je savais que j'aurais cette fois le temps de la cerner, d'y entrer mille fois, du soir au matin, de la jauger aux différents angles des rayons solaires.

Je voulais savoir ce qui n'allait pas ou alors peut-être voulais-je faire en sorte que ça "aille", ne pouvant tout à fait me résoudre à ce que cette quintessence du gothique, cette cathédrale superlative qui au fond, grâce à l'élan néo-gothique du XIXème parachevait un idéal médiéval jamais atteint avant, que cette cathédrale inspirée de ma géante aimée entre toute Amiens,  me laissât de marbre.

Le résultat fut à mi chemin. A la fois saisi bien plus que la dernière fois par l'envolée du sanctuaire, je constatais qu'on en faisait le tour très vite - elle qui est presque la plus grande de toute - derrière Séville et Milan - à cause de son unité trop parfaite répétitive, presque artificielle.

Plus sérieusement, je crois voir où le bât blesse. Elle a été commencée trop tard. Amiens, son modèle, est toujours sur la lancée de Chartres. La monumentalité des supports est encore présente. A Cologne, tout est sacrifié à l'art rayonnant, celui de Saint Denis et à sa gracilité qui convient moins à un édifice de cette taille. A Saint Denis (ou à la nef de Strasbourg) il a de la rondeur, ici il a de la raideur. Tout est étroit, la nef, les travées. La verticalité domine et si elle est efficace quand on entre, ça lasse quand on reste. Cologne est une cathédrale mathématique, une superbe démonstration à laquelle le charme de l'imprévu manque.

A l'extérieur, la façade (la plus grande façade d'église du monde) manque de relief et de fantaisie. Le chevet, très proche d'Amiens, me plaît plus.

IMG_3630

IMG_3441

IMG_3432

IMG_3446 - Copie IMG_3447IMG_3450

IMG_3455

Voici sans autre explications, qui nous mèneraient trop loin, des photos du grand vaisseau. (Je rappelle que seul le choeur est entièrement médiéval).

IMG_3320 IMG_3329

IMG_3322

IMG_3330

IMG_3336IMG_3553

IMG_3479

IMG_3480 IMG_3486

IMG_3503 IMG_3533

La cathédrale contient un mobilier remarquable:

Le reliquaire des rois mages (autour de 1200), oeuvre de Nicolas de Verdun, l'un des plus grands orfèvres médiévaux, auteur aussi de la chasse de N.D. de Tournai. Sa présence  ici est une des raisons de l'importance de cette cathédrale...

IMG_3544

IMG_3546

IMG_3508 Le retable des patrons de Cologne, du style dit "de Cologne", XVème...

IMG_3507

Le retable d'Agilolphus, style anversois du XVIème,

IMG_3490

IMG_3493 IMG_3495IMG_3496 IMG_3497

Et le plus ancien des grands crucifix conservés au nord des alpes, la croix de Géron (fin Xème). Faire abstraction de la mandorle baroque...

IMG_3571

Je ne résiste pas à une nouvelle ascension.

Mais pour mon malheur la Petersglocke (la plus grosse cloche d'église en fonctionnement) est en réparation (pas de battant !).

IMG_3687 IMG_3704IMG_3713 IMG_3718

IMG_3659

Je termine par des photos nocturnes. Sous ces lumières, la cathédrale est réellement impressionnante.

IMG_3364

IMG_3377

IMG_3402

IMG_3408

Posté par karagar à 00:18 - Commentaires [6] - Permalien [#]

AVIS DE CESSATION DE BLOG OBLIGATOIRE

En ces lieux saints où désormais je me retire, pas d'Internet..

 

Posté par karagar à 23:39 - Commentaires [10] - Permalien [#]

COULEURS D'AVRIL

IMG_8049

IMG_8052

IMG_8081

IMG_8060

IMG_8063 Une tulipe que Cornus n'a pas !

IMG_8077

IMG_8073

IMG_8064

IMG_8068

IMG_8069

IMG_8070

IMG_8035

IMG_8036

Posté par karagar à 09:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]