Hier matin, je trouvai sur mon bureau, à mon arrivée, un paquet. Il était fait d'un papier rouge assez rutilant, de ceux qu'on ne s'étonne guère de voir en ces temps d'Avent. Je salivais déjà à l'idée d'y trouver du chocolat.

Il n'en était rien. L'intérieur contenait un ensemble assez hétéroclite: Le catalogue d'une exposition dans le sud Larzac, l'affiche de la même exposition roulée et tenue d'un élastique et un des mes propres livre (le plus connu, celui dont la couverture montre une pianiste russe) d'où dépassait une lettre manuscrite.

On m'apprend alors que ce paquet a été déposé par un des mes étudiants qui ne fit par cet acte qu'office de facteur. Il revenait de son premier stage dans une école du département voisin où Bérénice lui remit le colis pour moi.

J'étais étonné car Bérénice avait abandonné l'idée de devenir professeur des écoles depuis quelques années. J'apprends qu'elle est de retour dans le milieu scolaire avec une autre fonction.

Bérénice, l'auteur de la lettre, me demande d'abord si je me souviens d'elle. Et pour me rafraîchir la mémoire (qui n'en a pas besoin) elle me rappelle qu'elle m'avait indiqué un détour, sur la route entre Avignon et l'Espagne, pour aller voir un certain cirque du nom de Navacelles, proche de son pays d'origine. Je ne peux bien sûr réprimer un sourire en lisant ça! Si je m'en souviens ! Sait-elle seulement que l'endroit m'avait tellement saisi que j'en ai écrit un pièce de théâtre qui a été jouée non loin de là où elle réside aujourd'hui? Ce paquet est décidément plein de surprises.

Mais le problème est que la suite de la lettre est proprement incompréhensible. Il semble qu'elle fasse un lien (mais non explicité) entre mon livre (enfin l'exemplaire dans le paquet est néanmoins le sien - et elle y insiste), les oeuvres exposées (qui sont les siennes, de sa main j'entends), les textes littéraires qui illustrent le catalogue, et l'école où elle travaille et où elle voudrait me voir venir en raison du livre! Elle me laisse heureusement un numéro où la joindre mais j'avoue avoir atermoyé jusqu'à présent, de peur d'avoir à confesser mon incompréhension.

Mystère total.