23 mars 2011

LE VALLON

Léa n’avait pas eu le sentiment d’atteindre, comme l’expression commune le suggère, l’âge de la retraite mais bien plutôt d’avoir été atteinte par celui-ci. Derrière les vitres du train qui démarre, sur le tapis roulant qui défile, difficile de savoir qui de soi-même ou du décor se déplace. En tout cas, ce jour advint où le compteur indiqua que l’heure était venue de se retirer. Elle était au moment de sa vie où, bien qu’elle ne constatât pas de changement notable en elle-même, la loi avait décidé que ses capacités physiques ou... [Lire la suite]
Posté par karagar à 22:17 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2011

AU DELA

  J’avais eu, il y un bon nombre d’année de cela, une vision étrange alors que j’étais au jardin. C’était au cours d’un de ces moments où on lève le dos pour prendre un peu de repos et où, d’un regard circulaire, on mesure le travail accompli, on établit un ordre de priorité quant aux prochaines tâches. Ce jour là, au lieu de s’en tenir à ce que j’avais sous les yeux, mon esprit s’était mis à vagabonder et alors une scène hautement improbable m’était apparue. Je m’étais vu revenant en mon jardin bien des années après l’avoir... [Lire la suite]
Posté par karagar à 16:35 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
10 octobre 2010

FRERE (commentaire au texte de Lancelot et réédition)

J’imaginais que j’avais écrit sur mon frère plus abondamment que je n’en ai retrouvé trace. J’avoue ne pas avoir fait une recherche exhaustive parmi les centaines de pages d’archives de blogs qui furent bien plus bavards que l’actuel. A faire défiler les pages, on est sans cesse arrêté par tel ou tel texte qu’on relit avec recul, intérêt ou indifférence. Et, de riens en riens, l’entreprise devient fastidieuse. J’ai donc retrouvé celui-ci. Peut-être y en a-t-il eu d’autres. J’ai en tête des thématiques dont je ne sais plus si je les ai... [Lire la suite]
Posté par karagar à 00:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
05 mai 2010

AUTOPSIE DU MOI D'AVRIL

Le deux avril au soir, je dois me rendre chez le médecin pour lui faire examiner un problème dermatologique qui me gêne et m’inquiète depuis longtemps. Mais dans les heures qui précèdent et durant la visite, je suis pris d’un mal de dent assez étrange, à la racine d’une molaire pourtant dévitalisée et couronnée, qui se déplace ensuite à l’extrémité de la rangée de molaires correspondantes, comme le ferait, j’imagine, l’éruption d’une dent de sagesse. Je ne dis mot au docteur de cela, anticipant déjà un  rendez-vous avec... [Lire la suite]
Posté par karagar à 17:34 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2010

MUSIQUE

A deux reprises, à l’occasion de commentaires chez consœurs et confrères, j’ai exprimé ce qui me semble être des miennes particularités concernant la musique. Je ne reviendrai pas sur le commentaire fleuve chez Karregwenn à propos de la musique dite classique. Mais plutôt sur mon ignorance dont je dis un mot chez Lancelot. J’y expliquais que j’étais la plupart du temps incapable d’associer le moindre son à la ribambelle de noms d’artistes musicaux, disons dans les domaines du jazz (j’imagine), rock, variété internationale, dont... [Lire la suite]
Posté par karagar à 00:24 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2010

HISTOIRE DE BLOG

J’ai monté les deux marches qui mènent à la cuisine, me suis tourné et accoudé au bar qui ne sert pas de bar. Et puis j’ai regardé l’espace indivis dont seul le sol dessine les différentes cellules. J’ai foui du regard les moindres recoins, attribuant à chacun une spécificité, une ambiance comme si l’œil était neuf. Quand j’y suis seul, la maison me parait beaucoup plus grande, et différente aussi. J’ai en tête un sujet pour le blog. Je suis étonné quand surgissent encore des sujets de dissertation, persuadé que je suis d’avoir... [Lire la suite]
Posté par karagar à 23:30 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2010

LE RETOUR DU VIEIL HOMME

Pour la deuxième fois cette semaine, je me rends dans cette petite commune que mon trajet quotidien effleure. Mercredi soir, j’y étais pour rencontrer une troupe de comédiens amateurs pour essayer d’en débaucher quelques uns. [Ce soir deux jeunes gars se présentent à moi me déclarant qu’ils veulent bien faire des ouvriers constructeurs de cathédrale. Je les imagine déjà en tunique médiévale…]. Aujourd’hui, j’y vais faire une émission de radio sur mon dernier bouquin. C’est l’occasion pour moi de rencontrer mon « ex guitariste » que je... [Lire la suite]
Posté par karagar à 01:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2010

UGENT LUR

J'ai beau piquer tous ses briquets à Madame K., je n'arrive jamais à en avoir plus d'un à portée de main.  Et le voici qui rend l'âme sur le chemin du Cap où je me suis rué dès cinq heures tapantes avec la ferme intention d'arriver tôt et de profiter de l'éclaircie pour planter le cadeau de Noël (oui, oui) de ma belle-mère. Après une matinée de désespérance professionnelle, muée rapidement en rage et accompagnée de palpitations, j'ai besoin de me faire plaisir et peut-être aussi, avouons le, de donner à la terre les coups de... [Lire la suite]
Posté par karagar à 19:55 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2010

DERNIER DE LA CLASSE

Avant même de constater qu’on m’enjoignait à disserter sur le sujet, l’idée me caressait, à la lecture du texte de Lancelot, de m’aventurer à évoquer mon rapport aux livres. En utilisant le verbe caresser, je me vautre dans l’idiotisme pour mieux le contredire car, en lieu et place du doux attouchement, c’est plutôt l’âpreté du papier de verre que je ressentais en concevant ce vague projet. Je constatai ensuite que j’étais taggé et un détail me frappa d’emblée. Je figurais, le plus illégitimement du monde, parmi un cénacle de trois... [Lire la suite]
Posté par karagar à 23:34 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2010

AR MARC'HEG GLAS

Dans le champ des fougères, aujourd'hui, j'ai eu trop chaud. Au crépuscule, alors qu'il me tardait de faire glisser l'eau chaude sur mon corps, je musarde sur le balcon, je réfléchis aux tracés qu'il me reste à faire, profitant de la vue panoramique.  La fraîcheur tombe vite, mais les oiseaux ont changé de répertoire. Rien ne m'émeut plus que ces chants crépusculaires magnifiés par le silence où ils s'enchâssent comme de stridentes pierres gemmes. J'ai les larmes aux yeux.  Pourquoi ces gazouillis ont-ils une telle résonance... [Lire la suite]
Posté par karagar à 21:19 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :