06 octobre 2009

TROIS PRENOMS + UN

Nous lui avions choisi un prénom. D’un accord parfait, sans hésitation. Ca n’était pas chose fortuite, accidentelle. Il ne l’aurait peut-être pas aimé mais, mais il aurait été sien, le plus sincèrement du monde. C’est d’ailleurs la seule chose irréfutable dont il bénéficiât, son nom. Car d’existence il n’eut jamais. Elle fut plus discutée qu’envisagée vraiment et finalement, l’ancrage de son prénom dans nos têtes nous fut réalité suffisante. A lui avoir attribué un prénom incontesté, il me semble parfois y penser comme à un mort... [Lire la suite]
Posté par karagar à 20:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

24 août 2009

DES VAGUES POUR L'ÂME

Ce soir, de manière presque cérémonieuse, je m’installe à mon bureau pour écrire ce post. La harpe me fait face, manière d’épave avec sa corde cassée restée en l’état faute de remplaçante, la clef d’accordage est demeurée fichée dans sa cheville, grotesque poignée de porte. Derrière, aux étagères assorties à la table de travail, les dictionnaires, les livres en breton. Et puis le grand carré noir de la fenêtre à ma droite (ce dernier mot n’ayant aucune signification pour moi, mais j’en use car j’imagine qu’il vous parle), même pas... [Lire la suite]
Posté par karagar à 00:12 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
06 juillet 2009

COMME AVANT (2)

Plusieurs fois dans le cours de la semaine, on me demanda si je comptais venir, ce qui me donna à penser que l’invite n’était pas que politesse. J’étais libre comme l’air et célibataire mais la seule chose qui me retenait encore était la gestion de la boisson et des 110 km à faire au retour, assez tard sans doute. Nous commençâmes la soirée dans un bar situé dans un quartier que je connais un peu et qui me frappe toujours, aux beaux jours surtout, quand la clientèle des troquets s’affiche en terrasse – mais il y a désormais du... [Lire la suite]
Posté par karagar à 00:50 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
04 juillet 2009

COMME AVANT... (1)

Il y avait trois ans que ça n’était plus arrivé. Trois ans c’est peu, mais c’était assez long néanmoins pour m’avoir fait craindre un changement définitif, un tournant irrémédiable dans le rapport de l’enseignant que je suis avec ses étudiants. Crainte nourrie, assez stupidement et légitimement à la fois, à voir mes élèves d’année en année s’éloigner de ma génération. Il faut dire que, de manière plutôt extraordinaire, la formation des élèves instituteurs des écoles D. occupe une place toute particulière dans ma « carrière »... [Lire la suite]
Posté par karagar à 14:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2009

DOUCES IMPRESSIONS

Il y a quelque-chose de la Louisiane, qui n’est rien de plus qu’une image d’Epinal, qui me fait rêver depuis longtemps, aidé par quelques images cinématographiques. Je retiens très mal le scénario des films que j’ai pu voir, je l’ai déjà dit, mais les images me marquent et des films bien ancrés dans la géographie me reste souvent une trace souterraine. Deux choses essentiellement : les maisons de bois avec leur terrasse, et l’omniprésence des descendants des esclaves noirs qui imprimeraient le paysage d’une démarche nonchalante et de... [Lire la suite]
Posté par karagar à 00:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
15 mai 2009

LA SALE PHRASE QUI GÂCHA MES VACANCES

Prologue : Parfois on se voit faire des choses ou adopter une attitude et le regret en vient avant même d’avoir terminé son geste. On sait qu’il va être mal interprété, on sait qu’on va se trouver ridicule mais avoir agi ainsi n’était pas moins irrépressible que le cri dans la douleur. La douleur physique fait l’unanimité. Ce que les autres maux déclenchent en nous en revanche nous est singulier… Ce soir là, je n’étais pas bien. Pas bien en moi, pas bien parmi les autres. La vodka coulait à flot, et le vin... [Lire la suite]
Posté par karagar à 20:24 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
31 mai 2008

PREMIERE LARME POUR UNE VIE REVISITEE

La géographie me tient toujours fermement.  L'atmosphère me manipule tel un pantin. Les vocalises avières jouent d'une autre partition ici, les rugisssements humains ricochent différemment d'une paroi à une autre. Que je fermerais les yeux, que je ne pourrais toujours pas ignorer où je suis, même l'interaction spécifique du savon et de l'eau me le sussurre. Il y a bien  ce grand pinceau de lumière qui, la nuit venue, parcourt le noir du ciel à la manière d'un phare de première catégorie. Mais çà n'est que la tour Eiffel. ... [Lire la suite]
Posté par karagar à 12:42 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,