Malgré l'exellence de notre mission cévenole, sa sainteté considéra que nous avions bien trop peu visité d'églises et que l'élévation de nos âmes demandait à ce que nous réparassions ce manquement. Il nous laissait le choix de notre destination pourvu qu'elle fut bien pourvue... en édifices religieux.

Or, il se trouvait, qu'un ancien moine de la congrégation à laquelle frère Vladimir appartenait autrefois, nous invitait depuis un moment à venir découvrir son nouvel ermitage à Toulouse. L'occasion était rêvée.

Sur la route, je manifestai le désir d'aller tremper mes orteils dans le grand lac salé qui sépare l'Europe de l'Afrique. Ne serait-ce que pour en savourer la tiédeur au souvenir de la fraîcheur de nos eaux extrême occidentales...

Je n'arrive décidément pas à avoir un contact agréable avec cette mer. L'endroit était d'une laideur assez remarquable, l'eau était maronnasse et ses 22° à peine suffisants pour justifier le détour. Je n'ai de surcroît pas trouvé très agréable d'y nager.

Nous voici à Toulouse, où nous avions fait il y a quelques années une escale trop rapide (les Jacobins, St Sernin) pour que je garde la moindre impression de la ville.

Nous y déambulerons trois jours et ce furent les trois jours les plus chauds du voyage. Je supporte bien la chaleur mais on aimerait quelques degrés de moins. (Mon souvenir le plus extrême est Tolède).

Heureusement, les grands arbres du canal de Brienne, nous protègent le matin dans notre approche du centre ville.

IMG_0671

Là, nous tombons sur la Garonne que je découvre. Elle me fait bonne impression, elle semble impétueuse et on imagine qu'en des saisons moins sèches, elle doit être redoutable.

IMG_0674

IMG_0680

IMG_0691

IMG_0694

IMG_0700Tout le monde sait que Toulouse est rouge brique et je le confirme.

IMG_0819De brique sont aussi les églises médiévales (comme dans le nord de l'Allemagne!). Ainsi celle du couvent des Jacobins (ex dominicains) qui aura l'honneur de notre première visite. Je sais à quoi m'attendre.): Un chef d'oeuvre d'architecture déjà vu. Son aspect actuel date de la seconde moitié du XIIIème siècle et y retourner me consolide dans l'idée qu'il s'agit là d'un de mes espaces gothiques préférés bien que n'obéissant pas aux canons de ce que j'affectionne habituellement. Bien des éléments sont habituels dans l'art gothique languedocien, mais ici il y a le génie en plus.  Cette église est par ailleurs une des premières fondations de l'ordre prêcheur et abrite depuis le XIVème la dépouille de Thomas d'Aquin.

IMG_0709

IMG_0711 IMG_0817IMG_0725

IMG_0719

IMG_0715IMG_0722

IMG_0723IMG_0729IMG_0735IMG_0736IMG_0740IMG_0743

Il y a aussi une belle salle capitulaire dont les voûtes reposent sur deux très fines colonnes de marbre.

IMG_0750

IMG_0757IMG_0759

Et la chapelle Saint Antonin, peinte d'une représentation de l'Apocalypse selon St Jean. Les 24 vieillards, et, plus bas, les anges musiciens sont tous porteurs d'intruments de musiques.

IMG_0780

IMG_0765

IMG_0766

IMG_0768

IMG_0773

IMG_0775

Enfin, le cloître... Bref, c'est peu dire que j'ai aimé revoir tout ça.

IMG_0791

IMG_0798

IMG_0799IMG_0812

IMG_0827 - Copie Et puis à Toulouse, il y a... une cathédrale. Une de celles - de moins en moins nombreuses - que je n'avais encore jamais vues mais qui n'était pas très bien placée au panthéon.

Cette cathédrale, que dire qu'autre sinon que c'est un sacré - bien sûr - engin ! Une nef du premier art gothique méridional dont il semble qu'elle en soit même le prototype, à laquelle se greffe - mal -, sur un axe très décalé, un choeur rayonnant, de ce rayonnant méridional que me laisse froid. Des échafaudages dans la nef sale et sombre n'aident pas à l'apprécier. De très beaux détails décoratifs dans les chapelles rayonnantes néanmoins mais qui ne suffisent pas à m'emporter.

Résultat de recherche d'images pour "cathédrale de toulouse plan"

IMG_0826 - CopieIMG_0833 - Copie

IMG_0834 - Copie

(je constate que je n'ai pas pris de photo du décalage, donc je vous en mets une d'Internet)

 

IMG_0849 - Copie

IMG_0854 - Copie IMG_0857 - CopieIMG_0858 - Copie

IMG_0868 - Copie

IMG_0884 - Copie

IMG_0886 - CopieIMG_0887 - Copie

IMG_0888 - Copie

IMG_0891 - Copie

IMG_0893 - Copie

Finalement c'est la façade un peu boiteuse qui me charme le plus, notamment le contraste entre la sobriété de sa maçonnerie et la rosace, directement inspirée de la rosace ouest de N. D. de Paris.

IMG_0838 - Copie

IMG_0841 - Copie

IMG_0842 - Copie