IMG_3405 Je prends conscience qu'à l'allure où je vais, les vacances d'été arriveront que je n'aurais même pas fini le compte-rendu des précédentes !

L'étape suivante n'était pas des moindres puisqu'il s'agissait de mon "grand" retour à Cologne. Outre qu'il est facile de poser nos sacs à Cologne, dans la Domstrasse - on ne peut mieux faire - je désirais revoir cette cathédrale dans des conditions différentes car j'estimais que la rencontre n'avait pas vraiment eu lieu. Je savais que j'aurais cette fois le temps de la cerner, d'y entrer mille fois, du soir au matin, de la jauger aux différents angles des rayons solaires.

Je voulais savoir ce qui n'allait pas ou alors peut-être voulais-je faire en sorte que ça "aille", ne pouvant tout à fait me résoudre à ce que cette quintessence du gothique, cette cathédrale superlative qui au fond, grâce à l'élan néo-gothique du XIXème parachevait un idéal médiéval jamais atteint avant, que cette cathédrale inspirée de ma géante aimée entre toute Amiens,  me laissât de marbre.

Le résultat fut à mi chemin. A la fois saisi bien plus que la dernière fois par l'envolée du sanctuaire, je constatais qu'on en faisait le tour très vite - elle qui est presque la plus grande de toute - derrière Séville et Milan - à cause de son unité trop parfaite répétitive, presque artificielle.

Plus sérieusement, je crois voir où le bât blesse. Elle a été commencée trop tard. Amiens, son modèle, est toujours sur la lancée de Chartres. La monumentalité des supports est encore présente. A Cologne, tout est sacrifié à l'art rayonnant, celui de Saint Denis et à sa gracilité qui convient moins à un édifice de cette taille. A Saint Denis (ou à la nef de Strasbourg) il a de la rondeur, ici il a de la raideur. Tout est étroit, la nef, les travées. La verticalité domine et si elle est efficace quand on entre, ça lasse quand on reste. Cologne est une cathédrale mathématique, une superbe démonstration à laquelle le charme de l'imprévu manque.

A l'extérieur, la façade (la plus grande façade d'église du monde) manque de relief et de fantaisie. Le chevet, très proche d'Amiens, me plaît plus.

IMG_3630

IMG_3441

IMG_3432

IMG_3446 - Copie IMG_3447IMG_3450

IMG_3455

Voici sans autre explications, qui nous mèneraient trop loin, des photos du grand vaisseau. (Je rappelle que seul le choeur est entièrement médiéval).

IMG_3320 IMG_3329

IMG_3322

IMG_3330

IMG_3336IMG_3553

IMG_3479

IMG_3480 IMG_3486

IMG_3503 IMG_3533

La cathédrale contient un mobilier remarquable:

Le reliquaire des rois mages (autour de 1200), oeuvre de Nicolas de Verdun, l'un des plus grands orfèvres médiévaux, auteur aussi de la chasse de N.D. de Tournai. Sa présence  ici est une des raisons de l'importance de cette cathédrale...

IMG_3544

IMG_3546

IMG_3508 Le retable des patrons de Cologne, du style dit "de Cologne", XVème...

IMG_3507

Le retable d'Agilolphus, style anversois du XVIème,

IMG_3490

IMG_3493 IMG_3495IMG_3496 IMG_3497

Et le plus ancien des grands crucifix conservés au nord des alpes, la croix de Géron (fin Xème). Faire abstraction de la mandorle baroque...

IMG_3571

Je ne résiste pas à une nouvelle ascension.

Mais pour mon malheur la Petersglocke (la plus grosse cloche d'église en fonctionnement) est en réparation (pas de battant !).

IMG_3687 IMG_3704IMG_3713 IMG_3718

IMG_3659

Je termine par des photos nocturnes. Sous ces lumières, la cathédrale est réellement impressionnante.

IMG_3364

IMG_3377

IMG_3402

IMG_3408