D'aucuns pourraient dire que je fais le chemin à l'envers, moi qui après avoir visité tant et tant de cathédrales gothiques anglaises, ne consens que maintenant à aller voir leur ancêtre. Je n'ai même pas l'éloignement comme excuse car elle est est fort peu distante de Londres où je me rends régulièrement. La raison en est ses horaires d'ouverture au public bien étranges. En tout début d'après-midi la porte est close pour ne plus rouvrir que le lendemain matin. Il y a douze ans de cela, nous nous étions fait piéger, arrivant benoîtement en début d'après-midi, juste le temps, après avoir traversé rapidement la nef perpendiculiare, de voir se fermer devant nous les grilles du sanctuaires alors que mes yeux s'écarquillaient déjà devant la plus noble partie de l'édifice. Juste le temps de me dire que ça me plaisait fichtrement. Juste le temps d'errer dans le cloître et de me décider à reprendre un roman commencé 20 ans plus tôt... Historique !

Il était dit que ces vacances seraient réparation! Ce fut vrai à Durdle Door, ce serait vrai à Canterbury. Vladimir, champion toute catégorie pour trouver l'hôtel idoine, nous dégotte une chambre avec cette vue IMG_5869 et dans ce même établissement, une bibliothèque IMG_5803 dont un mur entier est consacré au cathédrales gothiques, je n'ai jamais vu pareille chose !

C'est un édifice mythique puisqu'en plus d'être "the Mother Church of the worldwide Anglican Communion", excusez du peu, elle est le lieu de la seconde invasion d'origine continentale de l'île qui, après les Normands de Guillaume, vit débarquer l'art gothique. Et l'on sait quel succès le nouveau style eut dans ce pays qui non content d'être le premier pays européen à adopter l'opus francigenum (bien avant la petite Bretagne), le garda en vigueur jusqu'au XIXème siècle.

On la reconstruit en 1174, 9 ans après N.D de Paris (mais 35 ans après Sens/Saint Denis) et surtout 4 ans après l'assassinat de Thomas Beckett, déjà martyr et déjà objet d'un culte considérable. Ça valait bien le style dernier cri. L'architecte convoqué n'est ni normand, ni parisien, mais de Sens et s'appelle Guillaume. Alors on a bien sûr souligné les traits communs entre la cathédrale de Sens, qui dispute avec la basilique dionisienne les origines de l'art ogival, et Canterbury. C'est assez vrai mais le style de Sens, bien que le canevas en soit assez semblable, est plus vieux de 35 ans et à une époque où tout va très vite, ça date déjà.  L'édifice gothique que je rapproche le plus du choeur anglais est celui de l'abbaye de Vézelay. Il lui est postérieur de 10 ans, c'est vrai,  mais quand on pense que c'est dans cette abbaye qu'en 1166, Thomas Beckett en exil, expose les raisons de son différend avec le roi d'Angleterre, vous avouerez qu'il y a de quoi être troublé. L'architecte français procède plus à un rhabillage et exhaussement de quelques mètres du vaisseau qu'à une totale reconstruction. A l'extérieur, bien des parties romanes subsistent, c'est flagrant, l'esthétique n'est guère gothique. Dedans par contre, le nouveau style domine et masque la vieille structure romane. Cette "récup romane" explique la rapidité des travaux car l'homme de Sens tombe d'un échafaudage au bout de 4 ans et ne peut continuer. Mais il a déjà bien bossé ! Il est remplacé par Guillaume l'anglais qui finit le choeur (voir plan).

canterJ'ai mis très longtemps à comprendre tout ça. En réalité, ce qui nous apparaît comme l'abside (mauve), est la chapelle d'axe qui est aussi haute que le vaisseau et se greffe en lieu et place de la chapelle d'axe romane. D'où l'impression que le choeur se rétrécit, en fait ce n'est pas le choeur mais la chapelle axiale. Pour la même raison, le déambulatoire qui l'entoure n'a lui même pas de chapelles rayonnantes. Pourtant, il y a paradoxalement une chapelle plus orientale, la Corona, qui abritait les reliques de Beckett. La corona, s'élève bien plus haut que le déambulatoire formant un vraie rotonde.

La partie du français s'appuie sur une crypte romane mais la partie de l'anglais sur une crypte gothique plus haute, le sol du sanctuaire ultime est donc rehaussé. 

Il résulte de tout ça que la progression d'ouest en Est, sur une longueur inouïe (même en Angleterre), se fait d'un gothique perpendiculaire élancé, aérien et très clair vitré, vers un gothique plus ancien, plus intimiste, vers un vaisseau de plus en plus étroit et cloisonné, et vers un sol qui s'élève. Tout cela tient à des contingences mais l'effet est formidable. Aucune autre cathédrale ne ménage ses effets de la sorte, ne donne une meilleure idée de la progression vers le plus sacré. 

Ajoutez à cela des vitraux superbes qui occupent les fenêtres à portée de regard du déambulatoire (jamais vu de vitrail du XII ème d'aussi près) qui magnifient l'espace. Cela m'a évoqué le déambulatoire de Saint Denis pour cette qualité exceptionnelle de l'architecture et de la lumière en harmonie. Vu de près, on réalise à quel point ces vitraux ne sont pas que de belles mosaïques translucides mais enchâssent aussi de magnifiques dessins et compositions de personnages. 

Bref, je m'y attendais mais ce fut un de mes grands moments gothiques.

Je vous fais grâce d'analyses plus fines pour laisser la place à une balade en image.

Nocturne d'abord par une nuit qui s'annonçait glaciale.

La ville : IMG_5860

IMG_5853L IMG_5861

IMG_5859

IMG_5858

La porte du "complexe" épiscopal, immense. (Où il nous fallait sonner pour nous faire ouvrir car notre hôtel était à l'intérieur de l'enclos !)

IMG_5847

IMG_5848

La nef était en travaux si bien que ce que j'avais pu voir il y a 12 ans, je ne le revis pas, non mais !

IMG_5826

La cathédrale des deux Guillaumes : remarquez les traces romanes bien visibles.

IMG_5812

 

IMG_5822 IMG_5816

 

IMG_5821

IMG_5842

Cloître:

 

IMG_5828

 

IMG_5830

 

IMG_5833

IMG_5834

IMG_5897L'extérieur le lendemain:

Le chevet et son arbre étrange...

 

IMG_5874

IMG_5878

L'abside construite ex nihilo (photo de droite) est déjà plus gothique, tel qu'on pouvait le voir à ses débuts (peu d'arcs boutants ni de formes aigües).

 

IMG_6224 IMG_6233

IMG_6227

IMG_6214Dans le vaste ensemble épiscopal un bâtiment roman avec un escalier d'une gracilité incroyable :

 

IMG_6213

IMG_6216

Entrons :

La tour lanterne (late gothic, voûte en éventail)

IMG_5907

Le choeur vu du jubé (premier transept)

 

IMG_5929

 

IMG_5981Autres vues du sanctuaire... (notez l'utilisation - déjà - du "marbre" de Purbeck pour les colonnes et colonnettes, vouée à un brillant avenir dans le gothique anglais)

IMG_5948

IMG_5976

IMG_5950

IMG_5979

Le transept est un  rhabillage de mur roman.. on y voit que du feu, sauf l'absidiole romane... !

IMG_5935 IMG_5965

 

IMG_5939

IMG_5932

L'escalier...IMG_5975

Déambulatoire :

 

IMG_6044 IMG_6000

 

Chapelle de la Corona :

IMG_6013 IMG_6005IMG_6001

IMG_5991Vitraux :

 

IMG_5993

 

IMG_5992

 

IMG_5999

IMG_6030

Crypte romane :

 

IMG_6076

IMG_6084

S'y trouvaient des chapiteaux dont le graphisme barbare m'a énormément plu,  avec en surplus une représentation de harpe irlandaise des plus saisissantes, ainsi que des fresques insoupçonnées...

IMG_6063

IMG_6127

IMG_6137

IMG_6136

IMG_6134

IMG_6141

Crypte gothique :

IMG_6102

IMG_6099

Epilogue : J'ai réussi à me faire élire archevêque !

IMG_6193