Exbury's unknown

C’était il y a une dizaine d’années, un voyage en Grande Bretagne, trois jours de mai, pour voir les rhododendrons en leur paradis terrestre. (Je m’apprête à traverser la Manche, mais y aura-t-il encore des rhodos en fleurs ?) Cette année là donc, parmi les nombreux parcs, nous nous rendîmes à Exbury gardens, 80 hectares de géants fleuris. Pourquoi, parmi tant de beautés, celui-ci attira mon attention ? Je ne saurais plus le dire. Sans doute offrait-il des marcottes à la taille de mon sac à dos… Et je commis donc ce larcin qui, découvert, m’eût exposé à une radiation de la société. Je ne sais même pas son petit nom. Plantée sous un gros cyprès, la marcotte était devenu une belle plante au feuillage vert foncé, mais, faute de lumière sans doute, n’avait jamais fleuri. Déplacé à la fin de l’hiver il a donc fleuri pour la première fois dans le Cap (ce qui reste un mystère biologique que je ne développe pas ici, car il ne semblait pas avoir de boutons à fleurs début mars !!). Je pus donc constater, même si la fleur est loin d’avoir l’ampleur de la maturité (la première floraison d’un rhodo est toujours en dessous des ses possibilité, constatation perso), que j’avais pris une marcotte de la plante désirée (ce qui n’est pas toujours évident en cas intrication. Le voici.

 

w7